Un couple qui a conservé tout son amour et son sens de l’humour au cours des années doit maintenant affronter le cancer du sein.

Marie Tison Marie Tison
La Presse

Il est difficile d’avoir un scénario plus convenu, plus linéaire que celui de Ordinary Love. Les premières séquences nous montrent la grande complicité et l’amour qui caractérisent le couple formé par Joan (Lesley Manville) et Tom (Liam Neeson). Mais rapidement, en prenant sa douche, Joan découvre une petite masse dans un sein. Et c’est le début du triste parcours classique : les examens, le diagnostic, l’opération, les traitements de chimiothérapie. Déjà éprouvé par une tragédie antérieure, le couple doit faire face à cette nouvelle épreuve.

IMAGE TIRÉE DE IMDB

Ordinary Love, de Lisa Barros D’Sa et Glenn Leyburn

Le film est toutefois sauvé par une superbe distribution. Lesley Manville exprime à la fois la vulnérabilité et le courage alors que Liam Neeson tente de dissimuler le chagrin du passé et l’angoisse de l’avenir. C’est un plaisir de le voir aller au-delà du rôle de héros de film d’action, un emploi qu’il a beaucoup endossé au cours des dernières années.

Le film est également bien servi par une direction photo élégante, qui souligne la sérénité de la résidence de Joan et Tom et l’aspect artificiel et déroutant du milieu hospitalier. Une trame sonore très discrète ajoute aussi à l’atmosphère sobre du film.

★★★

Drame. Ordinary Love, de Lisa Barros D’Sa et Glenn Leyburn. Avec Lesley Manville et Liam Neeson. 1 h 32.

> Consultez l’horaire du film