Pour retrouver sa fiancée mystérieusement disparue, un médecin pratiquant dans un hôpital psychiatrique n’a d’autre choix que de faire évader l’un de ses patients, qui prétend être un agent secret…

Marc-André Lussier Marc-André Lussier
La Presse

Sorte de croisement entre les comédies du trio Gérard Depardieu-Pierre Richard-Francis Veber (La chèvre, Les compères) et les films d’action à la Belmondo, affectueusement surnommé Bébel à une époque où André-Philippe Gagnon y allait de ses « Allez, hop ! Cascade ! », Le lion nous ramène carrément 40 ans en arrière. Hommage ou régression ? Difficile à dire en ces temps où les comédies françaises ont de plus en plus de mal à s’exporter, comparativement au succès qu’elles obtenaient chez nous il y a quelques décennies.

Visiblement ambitieux, Le lion commence avec un prélude à la James Bond. Dany Boon y tient le rôle de Léo, un agent secret qui, avec l’aide d’une partenaire, doit en découdre avec des ennemis lors d’une soirée qui s’annonçait pourtant sous le signe du chic et de l’élégance. Or, Léo, dont le nom de code serait Le lion, est traité dans un hôpital psychiatrique, sous les bons soins d’un médecin interprété par Philippe Katerine. Le récit laisse ainsi planer le doute entre la vérité et le mensonge, d’autant que le médecin doit par la force des choses faire confiance à son patient et plonger lui-même dans l’aventure.

IMAGE FOURNIE PAR TVA FILMS

Le lion, de Ludovic Colbeau-Justin

Réalisé par Ludovic Colbeau-Justin, qui avait cosigné la réalisation de C’est tout pour moi avec Nawell Madani, Le lion affiche quelques qualités, malgré un scénario aussi abracadabrant que prévisible. Au milieu de tous ces gags parfois un peu lourds, les admirateurs de Dany Boon y trouveront leur compte. Quant à Philippe Katerine, dont la performance dans Le grand bain lui a valu le César du meilleur acteur dans un second rôle l’an dernier, son personnage habituel est amené à des degrés encore plus délirants, sinon exaspérants.

★★½

Comédie. Le lion, de Ludovic Colbeau-Justin. Avec Dany Boon, Philippe Katerine, Anne Serra. 1 h 35.

> Consultez l’horaire du film