Depuis presque 50 ans, l’avocate juive Lea Tsemel défend la cause de Palestiniens détenus et faisant face à la justice en Israël. Les réalisateurs de ce documentaire suivent sa démarche et lui donnent la parole dans une cause qui implique un garçon de 13 ans.

André Duchesne André Duchesne
La Presse

« Mon nom ? demande-t-elle à un interlocuteur. Lea Tsemel, avocate perdante. »

En Israël, on l’a surnommée l’« avocate du diable ». Dans une entrevue télévisée, elle est mise sur le gril. Dans le passé, son mari a été arrêté. Devant le tribunal, elle perd pratiquement toutes ses causes.

Dans le système judiciaire israélien, Lea Tsemel est assurément un ovni, un mouton noir. Elle dérange et enrage ses collègues. Elle se décrit comme « une cause perdue », mais se définit aussi comme « une femme optimiste et très en colère ».

Surtout, cette femme de 74 ans possède une personnalité brouillonne et attachante, peu importe qu’on épouse ses valeurs ou non. Si ce film a une qualité, c’est bien celle-là, de nous montrer cette combattante sous son jour le plus humain.

PHOTO FOURNIE PAR FILMOPTION INTERNATIONAL

Advocate

Au cœur d’une cause où un garçon palestinien de 13 ans risque une lourde peine pour avoir poignardé deux jeunes Juifs de son âge, Lea Tsemel raconte sa façon de voir les choses. Tout part du fait qu’elle se définit comme une occupante israélienne. « Si l’acte part de l’intention de résister à l’occupation, je suis prête à accepter l’affaire », dit-elle.

Dans l’ensemble, le documentaire est instructif. Mais il demeure très classique, linéaire, sans beaucoup d’idées dans les domaines techniques, si ce n’est faire basculer des parties de cadrages dans l’animation afin de préserver l’identité de certaines personnes.

Comme il s’agit d’une coproduction Canada-Israël-Suisse, on remarque quelques noms de Québécois dans le générique. Dont Robert Marcel Lepage pour la musique originale.

★★★

Documentaire. Lea Tsemel, avocate, de Philippe Bellaiche et Rachel Leah Jones. Avec Lea Tsemel, Hanan Ashrawi et Tareq Barghout. 1 h 49.

> Consultez l’horaire du film