Dans un appartement situé dans un immeuble encore en construction, un professionnel d’âge moyen fait la rencontre d’un acrobate russe qui se déplace en béquilles à cause d’une vilaine blessure. Cet appartement deviendra le point de rencontre entre deux étrangers qui s’engagent dans une liaison sans retenue.

Marc-André Lussier Marc-André Lussier
La Presse

Les scènes de sexualité explicites qui ponctuent L’acrobate feront sans doute jaser, mais l’essentiel du nouveau film de Rodrigue Jean (Full Blast, Hommes à louer) est ailleurs. Il se situe dans la force brute d’une attirance incontrôlable entre deux êtres, dont la nature va bien au-delà de la raison. Le cinéaste acadien, dont la dernière offrande remonte à l’amour au temps de la guerre civile il y a six ans, s’engouffre ainsi dans les méandres d’une relation à la fois complémentaire et toxique.

Ils ne savent pratiquement rien l’un de l’autre, ni même leurs prénoms, et souhaitent d’abord qu’il en reste ainsi. Christophe (Sébastien Ricard, toujours remarquable) est un professionnel dont l’esprit est préoccupé par l’état de santé d’une mère (Lise Roy) en fin de vie. Face à lui : Micha (forte présence de Yury Paulau). Cet acrobate russe ne peut quant à lui exercer son art à cause d’une chute de trapèze qu’il estime ne pas être accidentelle. La toute première rencontre entre les deux hommes, aussi fortuite qu’intense, est uniquement de nature sexuelle, mais il est évident qu’elle ne sera pas sans lendemain. Au fil de la relation, à travers laquelle le jeu de pouvoir louvoie, les deux amants exploreront progressivement les zones plus sombres de leur sexualité.

Ces deux êtres, en crise d’une certaine façon, plongent aussi dans les arcanes plus secrets d’une certaine psyché masculine, que Rodrigue Jean n’hésite pas à révéler. Il est à noter que ce film au rythme lent, qui prend bien soin d’installer ses atmosphères, est aussi visuellement splendide. En plus de traduire l’aspect très charnel de ce récit campé en hiver, la caméra de Mathieu Laverdière capte aussi la nouvelle architecture, plus froide et anonyme, de Montréal.

IMAGE FOURNIE PAR FRAGMENTS DISTRIBUTION

L’acrobate

L’acrobate est un drame intime à la fois troublant et provocant, lequel, doit-on prévenir, ne sera pas du goût de tous.

★★★½

L’acrobate. Un drame de Rodrigue Jean. Avec Sébastien Ricard, Yury Paulau, Lise Roy. 2 h 12.

> Consultez l’horaire du film