En 1987, Bryan Stevenson, jeune avocat diplômé de Harvard, s’installe en Alabama pour défendre des prisonniers condamnés sous de fausses accusations. Un de ses premiers dossiers concerne Walter McMillian, un homme noir sans histoire condamné à mort pour le meurtre d’une jeune femme blanche.

André Duchesne André Duchesne
La Presse

On a envie de crier son indignation durant la projection de ce long métrage inspiré de l’histoire vraie de Walter McMillian et de l’ouvrage qu’en a tiré son avocat.

Crier contre la manipulation des preuves durant une enquête bâclée. Crier contre l’abus de pouvoir des policiers. Crier contre l’aveuglement de la justice. Et crier de façon générale devant la vision Noirs-Blancs et Sud-Nord étalée sous nos yeux.

Nous avons d’ailleurs bien senti l’espèce de colère contenue émanant des spectateurs à la projection à laquelle nous avons assisté. Ce qui est toujours bon signe.

Or, dans le cas présent, c’est aussi un petit miracle, parce que l’histoire décolle réellement à mi-parcours après une première moitié assez ennuyeuse, prévisible, formatée et nappée d’une assommante série de dialogues.

IMAGE FOURNIE PAR WARNER BROS. PICTURES

Just Mercy

Ce « décollage » survient avec un moment de grâce lors de l’exécution de l’un des prisonniers du couloir de la mort. On vous accorde que ce n’est pas joyeux, mais cela demeure un moment de cinéma beau et très chargé où s’entremêlent injustice, colère, humanité et solidarité.

La qualité du film réside aussi dans l’excellente interprétation de Jamie Foxx dans le rôle de McMillian et de Tim Blake Nelson dans le rôle secondaire (mais névralgique) du prisonnier Ralph Myers, par qui arrivera un dénouement heureux.

Le film ne fait pas mystère de son parti pris pour les organismes de défense des prisonniers faussement condamnés. Une note en fin de générique indique que pour neuf personnes exécutées dans les prisons américaines, une autre a été libérée après que son innocence a été prouvée. Un taux extrêmement préoccupant.

★★★½

Just Mercy (V.F. : La voie de la justice). Drame de Destin Daniel Cretton. Avec Michael B. Jordan, Jamie Foxx, Brie Larson. 2 h 16.

> Consultez l’horaire du film