Les habitudes d’une famille sont bouleversées lorsque la plus jeune des trois filles, qui n’a jamais dévoilé son homosexualité, invite son amoureuse pour les Fêtes. S’ensuit une série de malentendus qui mettent la solidité du couple à l’épreuve.

Danielle Bonneau Danielle Bonneau
La Presse

Présenter sa nouvelle flamme à ses parents n’est jamais chose facile. Le faire à Noël, lorsque tous les membres de la parenté sont réunis, représente un défi supplémentaire, maintes fois exploré au cinéma. La réalisatrice et coscénariste Clea DuVall a voulu aborder ce thème, propice aux rebondissements, sous un nouvel angle. Pour la première fois, en effet, deux femmes se retrouvent au cœur d’une comédie romantique du temps des Fêtes, qui émeut et fait rire à la fois.

Dès le départ, la musique de Noël et les maisons illuminées dans un quartier enseveli sous la neige créent l’ambiance des Fêtes. Le fil des évènements est familier. Clea DuVall l’a voulu ainsi. Dans un cadre des plus traditionnels, propice aux revirements de situations, chacun des personnages est amené à se remettre en question. L’humour est une arme puissante, que la réalisatrice emploie allègrement pour alléger le propos et faire progresser les protagonistes, confinés ensemble pendant plusieurs jours. Des secrets éclatent inévitablement au grand jour et entraînent leur lot d’émotions, qui sauront toucher un très vaste public. Parce que Harper, la benjamine de la famille, n’est pas la seule à se cacher derrière de fausses apparences.

Le message d’ouverture et d’acceptation est porté par une distribution du tonnerre. Kristen Stewart, qui a démontré sa grande polyvalence depuis que la série de films Twilight a donné un formidable élan à sa carrière, a tout de suite accepté lorsque Clea DuVall l’a contactée en premier. Mackenzie Davis (Blade Runner 2049, Terminator : Dark Fate) s’est jointe à elles très tôt dans le processus. Elle interprète le rôle de Harper, l’amoureuse d’Abby (Kristen Stewart). Les deux actrices reproduisent ce qui est monnaie courante lorsqu’on voit des couples hétérosexuels à l’écran : elles s’embrassent et expriment leur amour.

Au duo d’actrices se sont notamment joints Mary Steenburgen (Book Club, Elf) et Victor Garber (Argo, Titanic), qui interprètent les rôles des parents de Harper, extrêmement soucieux de l’image qu’ils projettent. Mary Holland, coscénariste, injecte beaucoup d’humour dans le rôle de Jane, une des sœurs de Harper. Le film ne serait toutefois pas si touchant et drôle sans la contribution de Daniel Levy (Schitt’s Creek). Il est hilarant sous les traits de l’ami gai extraverti, qui vole au secours de son amie.

IMAGE FOURNIE PAR TRISTAR PICTURES

Affiche du film Happiest Season

Clea DuVall désirait réaliser un film classique de Noël chaleureux et positif, qui saurait plaire à un vaste auditoire, où les membres de la communauté LGBTQ+ pourraient aussi se reconnaître. Elle a relevé le défi avec beaucoup de doigté.

Happiest Season (Notre plus belle saison) est offert en anglais et en français sur toutes les plateformes de vidéo sur demande dont iTunes, Illico, Telus, Cogeco, Bell et Google Play.

★★★½

Comédie romantique
Happiest Season (Notre plus belle saison)
Clea DuVall
Avec Kristen Stewart, Mackenzie Davis, Daniel Levy
1 h 42