Victor et son petit frère Jimmy vivent avec une bande de désœuvrés, dans un désert quelconque, laissés à eux-mêmes. Jusqu’à l’arrivée de Billie, une jeune fille qui rêve de romance, dont Victor tombe amoureux.

Alexandre Vigneault Alexandre Vigneault
La Presse

Pour dire les choses poliment, il faudrait décrire Pompéi, premier long métrage d’Anna Falguères et de John Shank, comme un film d’atmosphère empreint de mystère. Or, ce serait ne pas dire qu’il est en fait d’une lenteur et d’une opacité épuisantes.

L’action — ou plutôt son absence — se déroule dans un décor aride, le plus souvent écrasé par un soleil de plomb. C’est dans ce quasi no man’s land, vraisemblablement situé quelque part en France plutôt qu’en Italie, où se trouve véritablement Pompéi, que traînent Victor (Aliocha Schneider), son petit frère Jimmy (Auguste Wilhelm) et leur bande de désœuvrés.

Les deux plus vieux (l’autre homme adulte est joué par Vincent Rottiers) et certains des jeunes fument pas mal sous l’œil attentif de la caméra. Le plus souvent en silence. Ça ne parle pas beaucoup dans Pompéi. Sinon pour dire des banalités qui, dans cette ambiance qui se veut profonde, prennent des airs prétentieux.

IMAGE FOURNIE PAR LA PRODUCTION

Pompéi

Le quotidien morne de la bande et sa stabilité seront bousculés (le mot est fort) avec l’apparition de Billie (Garance Marrilier), avec qui Victor amorcera une relation amoureuse pleine de non-dits et de désirs contenus. Conte d’amour, Pompéi ? Ce serait un peu exagéré. Disons plutôt que l’amour naissant incitera Victor à réévaluer sa loyauté envers la bande et même son petit frère, dont il semble le seul protecteur.

Scénario mince, dialogues faibles, Pompéi ne peut pas vraiment s’appuyer sur le jeu de ses acteurs, à qui l’on semble avoir demandé de simplement être là plutôt que de dégager quelque chose. Les pauvres. Les personnages ne se révèlent donc pas plus que l’histoire elle-même. Il ne reste que les images de Florian Berruti, magnifiques, il faut l’avouer. Elles nourrissent cette atmosphère languissante et mélancolique, mais n’empêchent pas le film de faire naître un sentiment fort désagréable : l’ennui.

★★

Pompéi. Drame de Anna Falguères et John Shank. Avec Aliocha Schneider, Garance Marillier et Vincent Rottiers. 1 h 28.

> Consultez l’horaire du film