Un tueur à gages, qui assassine froidement les membres d’un réseau de pédophiles, se sent floué lorsqu’il réalise que son patron l’a utilisé pour prendre la place laissée vacante à la tête du réseau. Il se porte à la défense d’une adolescente de 14 ans, enlevée et droguée, promise en mariage à un vampire.

Danielle Bonneau  Danielle Bonneau 
La Presse

Entre les mains du réalisateur canadien Bruce McDonald, Dreamland prend des airs de cauchemar. Le mauvais rêve se déroule dans une ville étrange où le tenancier d’un bordel veut en mener plus large et où les propriétaires du château qui domine les environs peuvent commettre les pires atrocités sans se faire importuner.

Cette coproduction Luxembourg-Canada-Belgique a été présentée pour la première fois en Amérique du Nord, l’été dernier, dans le cadre du festival Fantasia, à Montréal.

Plusieurs membres de l’équipe du film Pontypool, réalisé en 2008 et mettant en scène avec doigté des zombies, sont de nouveau réunis. Outre le réalisateur Bruce McDonald et le scénariste Tony Burgess, les deux acteurs principaux, Stephen McHattie et Lisa Houle, sont de retour ensemble. Ils forment cette fois-ci un couple dépareillé qui travaille pour le même patron trempant dans la pédophilie.

IMAGE FOURNIE PAR REEL SUSPECTS

Dreamland, de Bruce McDonald

Stephen McHattie y tient deux rôles : celui du tueur à gages Johnny Dead Eyes, qui se découvre une conscience et met sa vie en danger pour sauver une adolescente, et celui d’un musicien désabusé et héroïnomane. Le chemin des deux hommes se croise d’ailleurs à plusieurs reprises. Dans l’atmosphère lugubre qui prédomine, l’assassin devient presque sympathique. En toile de fond, la musique discordante ajoute à la singularité du monde dans lequel ils vivent.

Juliette Lewis s’y donne à cœur joie dans le rôle d’une comtesse folle qui se croit tout permis. Elle organise une réception somptueuse pour le mariage de son frère, un vampire dépravé (Tomas Lemarquis). La liste d’invités ne fait aucun sens. Personne ne se soucie du fait que la mariée soit une enfant. Les scènes de fête sont surréelles. Les créateurs parviennent toutefois à maintenir l’intérêt en dépeignant un univers hors normes.

Dreamland est offert en vidéo sur demande en version originale anglaise uniquement.

★★★

Drame. Dreamland, de Bruce McDonald. Avec Stephen McHattie, Lisa Houle, Juliette Lewis. 1 h 32