Il convient d’abord de souligner que Becoming (Devenir en français) est un document produit par Higher Grounds Productions, la compagnie de production que dirigent Michelle et Barack Obama. Le couple a d’ailleurs signé une entente à long terme avec le diffuseur en ligne Netflix, lequel diffusera en exclusivité les films et séries produites par la société.

Marc-André Lussier Marc-André Lussier
La Presse

C’est dire que l’on peut difficilement accoler l’étiquette de film documentaire à Becoming, dans la mesure où cette forme de projet, où les protagonistes ont le parfait contrôle du contenu, se situe davantage dans la zone du making of et de l’infopub que de celle du cinéma. Avec l’arrivée des plateformes, cette formule, loin d’être neuve, s’est d’ailleurs beaucoup répandue.

Est-ce à dire qu’il faut rejeter ce genre de production du revers de la main ? Pas Becoming. Parce que la réflexion que ce document suscite sur l’impact qu’a l’engagement politique sur les individus est quand même digne d’intérêt.

Capté pendant la tournée de promotion qu’a effectuée Michelle Obama dans la foulée de la sortie de son récit autobiographique en librairie (cette tournée a d’ailleurs fait escale au Centre Bell de Montréal l’année dernière), Becoming trace d’abord le portrait d’une femme inspirante. Nadia Hallgren, aussi reconnue à titre de directrice photo, regroupe dans son document des extraits d’échanges que Michelle Obama, toujours accueillie en rock star, a eus sur scène avec différentes animatrices (Oprah Winfrey, Gayle King) et différents animateurs (Conan O’Brien, Stephen Colbert). Elle utilise aussi des scènes d’archives tirées de la campagne électorale de 2008 et des années vécues à la Maison-Blanche.

PHOTO FOURNIE PAR NETFLIX

Michelle Obama dans Becoming, un film de Nadia Hallgren

La réalisatrice entraîne également le spectateur dans les coulisses, là où fusent parfois quelques confidences, et amène sa caméra dans les rencontres organisées avec divers groupes à la faveur de la tournée.

On reste sur sa faim

Il est beaucoup question de la vie personnelle et familiale de l’ancienne première dame des États-Unis et de son approche de la vie, laquelle est un modèle pour bien des gens, particulièrement les femmes et jeunes filles afro-américaines. À cet égard, l’influence de Michelle Obama sur le plan social est bien évoquée.

Ceux que la politique intéresse davantage resteront cependant sur leur faim. Cela dit, celle que Joe Biden choisirait immédiatement comme colistière si elle voulait bien considérer la fonction de vice-présidente offre néanmoins une révélation intéressante sur ce plan. Encore plus que l’élection de Donald Trump en 2016, Michelle Obama affirme avoir ressenti comme une gifle l’indifférence d’une bonne partie des électeurs du Parti démocrate, particulièrement les Noirs, les jeunes et les femmes, qui ont préféré rester chez eux plutôt que d’exercer leur droit de vote.

« Les gens croient que c’est un jeu, dit-elle au cours de l’un des rares moments où elle baisse la garde. Ce n’était pas seulement lors de cette élection, mais toutes celles de mi-mandat aussi. Chaque fois que Barack n’a pas obtenu du Congrès ce dont il avait besoin, c’était à cause de nos électeurs qui n’ont pas daigné aller voter. Après tout ce travail, ils avaient mieux à faire. Pour moi, c’est un traumatisme. »

IMAGE FOURNIE PAR NETFLIX

Becoming, un film de Nadia Hallgren

Becoming (Devenir en français) est offert sur Netflix.

> Consultez le site web de Netflix

★★★

Becoming (V.F. Devenir). Documentaire de Nadia Hallgren. Avec Michelle Obama. 1 h 29.