Réputé gaffeur et impliqué dans une histoire très médiatisée où il est devenu la risée de Detroit, un policier se retrouve à faire équipe avec un garçon de 12 ans, fils insolent de son amoureuse, pour tenter de mettre la main sur un dangereux criminel. Et retrouver son honneur…

Marc-André Lussier
Marc-André Lussier La Presse

À condition de laisser son cerveau au vestiaire de son appartement confiné, le nouveau film de Michael Dowse – le réalisateur de Goon – fait rire. Très grassement parfois, mais on ne fera pas ici la fine bouche. Portant à l’écran un scénario de Shane Mack, qui a déjà fait partie de la « black list » à Hollywood (la liste des meilleurs scénarios encore jamais produits), le cinéaste canadien propose une comédie d’action reposant sur des mécanismes déjà bien huilés, mais fort efficaces.

Comme cela arrive souvent dans ce genre de films, on crée ici un tandem formé de deux personnes « que tout oppose ». Dans ce cas-ci, il s’agit d’un policier maladroit (Ed Helms) qui devra faire équipe avec un garçon de 12 ans à la langue bien pendue (Terrence Little Gardenhigh) quand le plan que ce dernier a imaginé pour éloigner ce même policier – amoureux de sa mère (Taraji P. Henson) – lui explose en plein visage.

Le récit est outrancier, autant dans les situations que dans les écarts de langage, mais l’ensemble a du punch. Une histoire de trafic de drogue implique même un gang de « French Canadians » au sein duquel se trouve un Terminator à faire trembler les criminels de Detroit !

IMAGE FOURNIE PAR NETFLIX

Coffee & Kareem, de Michael Dowse

★★★

Coffee & Kareem. Comédie de Michael Dowse, avec Ed Helms, Terrence Little Gardenhigh, Taraji P. Henson. 1 h 28.

Coffee & Kareem est une primeur de Netflix.