À Roubaix, un soir de Noël, Daoud, le chef de la police locale, et Louis, fraîchement diplômé, font face au meurtre d’une vieille femme. Les voisines de la victime, deux jeunes femmes, Claude et Marie, sont arrêtées. Elles sont toxicomanes, alcooliques, amantes…

Marc-André Lussier
Marc-André Lussier La Presse

De La vie des morts jusqu’aux Fantômes d’Ismaël, Arnaud Desplechin s’est imposé comme l’un des chefs de file du cinéma d’auteur français, grâce à une œuvre riche et singulière. Cette fois, l’estimé cinéaste change un peu de registre – il s’aventure dans le film noir – mais le résultat reste le même : Roubaix, une lumière est bel et bien un film de Desplechin. Entendez par là que la volonté du réalisateur d’Un conte de Noël de coller à la réalité est quand même rattrapée par son envie de romanesque, laquelle s’exprime ici par les choix de mise en scène, l’atmosphère, la musique…

Cette fois, Desplechin s’est inspiré d’un documentaire relatant un fait divers sordide, survenu il y a près de 20 ans, pour mieux traquer l’humanité ravagée des protagonistes, notamment deux filles à qui la vie n’a jamais fait de cadeau. Pour s’y rendre, le cinéaste installe d’abord le contexte social prévalant dans sa ville natale – l’une des plus pauvres de France – en campant son récit dans un commissariat dirigé par Daoud (Roschdy Zem).

Le cinéaste met un peu de temps à arriver au cœur de l’affaire, mais il est clair que dans cette démarche, l’étude psychologique prend le pas sur l’enquête policière. Si les amateurs de polars traditionnels risquent ici une déception, ils pourront en revanche apprécier une exploration fascinante de la complexité humaine, livrée par des acteurs d’exception. Léa Seydoux et Sara Forestier sont criantes de vérité dans les rôles des jeunes femmes ayant commis un geste insensé et incompréhensible.

Cela dit, Roubaix, une lumière est l’affaire de Roschdy Zem, dont le charisme et la force tranquille naturelle s’harmonisent de façon parfaite avec le personnage qu’il incarne. Le César du meilleur acteur qu’il a obtenu la semaine dernière grâce à ce rôle était pleinement mérité. La lumière du titre, c’est lui.

IMAGE FOURNIE PAR AXIA FILMS

Affiche du film Roubaix, une lumière

★★★½

Roubaix, une lumière. Un drame d’Arnaud Desplechin. Avec Roschdy Zem, Sara Forestier, Léa Seydoux. 1 h 59

Consultez l’horaire du film