Quand elles apprennent la mort de leur père, impliqué dans des affaires louches, deux sœurs en froid depuis un an se réunissent pour aller répandre les cendres du défunt aux Îles-de-la-Madeleine. Mais le road trip ne sera pas de tout repos…

Marc-André Lussier Marc-André Lussier
La Presse

On ne tournera pas autour du pot : Merci pour tout est une déception. De cette réunion d’artisans d’aussi haut calibre, on attendait franchement plus qu’une comédie honnête. La déception est d’autant plus grande qu’Isabelle Langlois en signe le scénario et les dialogues. La simple présence de la scénariste des séries Rumeurs et Lâcher prise, dont la plume est mise au service d’un long métrage pour la première fois, suscitait peut-être des attentes trop élevées, mais le fait est qu’on ne retrouve pas ici les caractéristiques de son écriture, habituellement si précise et bien gratinée.

Cela dit, la réalisatrice Louise Archambault (Gabrielle, Il pleuvait des oiseaux) met tous les efforts pour dynamiser le récit et le rendre visuellement intéressant. Elle est en cela aussi aidée par un tandem efficace, formé de Magalie Lépine-Blondeau et de Julie Perreault, lequel est appuyé par des pointures dans les rôles secondaires (Gilbert Sicotte, Patrick Hivon, Jean-François Pichette, Guy Nadon) qui auraient sans doute mérité des partitions un peu plus consistantes. À cet égard, seul Robin Aubert s’en tire mieux dans le rôle d’un tueur aux trousses d’un homme qu’il croit toujours vivant.

À l’arrivée, Merci pour tout distille quelques bons moments, mais les situations dans lesquelles les personnages sont plongés paraissent parfois trop forcées, et provoquent rarement des rires francs. L’ensemble manque de mordant, à vrai dire. Dommage.

★★½

Comédie. Merci pour tout, de Louise Archambault. Avec Magalie Lépine-Blondeau, Julie Perreault, Robin Aubert. 1 h 38.

> Consultez l’horaire du film : https://ouvoir.ca/2019/merci-pour-tout

IMAGE FOURNIE PAR LES FILMS SÉVILLE

Merci pour tout, de Louise Archambault