À cause d’un malentendu, deux amis d’enfance, chacun persuadé que l’autre n’en a plus que pour quelques mois à vivre, décident de tout plaquer pour rattraper le temps perdu.

Marc-André Lussier Marc-André Lussier
La Presse

Alexandre de La Patellière et Matthieu Delaporte, à qui l’on doit Le prénom, ont cette fois la plume un peu moins heureuse avec ce nouveau film. Bien sûr, le tandem Fabrice Luchini-Patrick Bruel fonctionne très bien, et le soin apporté aux dialogues et à la mise en place de certaines situations est tangible.

Or, le récit repose entièrement sur un quiproquo de boulevard qui, dès le départ, pourrait être éclairci en trois secondes. Accompagnant à l’hôpital son ami César (Bruel), un charmeur irresponsable victime d’un accident, Arthur (Luchini) prête sa « carte vitale » à son ami, et, de ce fait, son identité.

IMAGE FOURNIE PAR A-Z FILMS

Le meilleur reste à venir

Quand le diagnostic fatal tombe, Arthur n’ose annoncer à César la gravité de l’état de ce dernier. Qui, en retour, croit que la maladie a plutôt atteint Arthur. On déploie ensuite une mécanique à travers laquelle se révèlent les personnalités — très différentes mais complémentaires — de ces deux amis de toujours.

On mêlera ainsi l’humour et l’émotion dans un cocktail un peu appuyé, notamment sur le plan musical. L’aspect forcé du récit est toutefois récupéré par les acteurs. Fabrice Luchini et Patrick Bruel, qui ne s’étaient pas donné la réplique depuis… P.R.O.F.S. (en 1985 !), forment en effet un tandem attachant. Ils élèvent cette comédie dramatique au rang d’honnête divertissement.

★★★

Le meilleur reste à venir, une comédie dramatique d’Alexandre de La Patellière et Matthieu Delaporte. Avec Fabrice Luchini, Patrick Bruel, Zineb Triki. 1 h 58.

> Consultez l’horaire du film : https://ouvoir.ca/2019/le-meilleur-reste-avenir