Sans salaire depuis des mois, un jeune ouvrier d’une banlieue de Dakar quitte le pays en compagnie de plusieurs collègues pour tenter de se construire ailleurs un meilleur avenir. Il laisse cependant derrière lui la femme qu’il aime, déjà promise à un autre homme.

Marc-André Lussier Marc-André Lussier
La Presse

Ce film emprunte d’abord une approche quasi documentaire, un genre qu’a d’ailleurs exploré la cinéaste franco-sénégalaise Mati Diop avant de proposer ce premier long métrage de fiction. Celle qui fut d’abord révélée comme actrice grâce à 35 rhums, de Claire Denis, s’attarde en effet à décrire en tout premier lieu le désarroi d’ouvriers sénégalais, qui, en désespoir de cause, s’embarquent sur un rafiot pour tenter de gagner l’Europe. Sans jamais arriver à destination.

Très rapidement, une dimension onirique plane sur le récit. Il y a d’abord cet incendie faisant rage dans la maison où se déroule une fête organisée à l’occasion du mariage d’Ada (Mama Sané), l’amoureuse de Souleiman (Ibrahima Traore), avec un autre homme. Des phénomènes étranges surviennent. On a en outre vu Souleiman, présumé mort, rôder dans les environs.

IMAGE FOURNIE PAR AD VITAM

Atlantique

À travers ce récit en forme de fable, Mati Diop évoque l’Afrique contemporaine avec, parfois, un soupçon de poésie. Or, cette vision aux confins du réalisme et du fantastique n’est pas toujours maîtrisée, d’autant plus que sa fabrication même se révèle parfois trop artificielle.

Atlantique, qui représente le Sénégal dans la course aux Oscars, reste un beau film. Mais compte tenu de la qualité exceptionnelle des films en compétition au Festival de Cannes cette année, on se demande quand même comment le jury, qui lui a attribué le Grand Prix, a pu le placer si haut au palmarès.

Notez qu’Atlantique est actuellement à l’affiche du Cinéma Moderne à Montréal. Il est aussi diffusé sur Netflix.

★★★

Drame. Atlantique, de Mati Diop. Avec Mama Sané, Ibrahima Traore, Amadou Mbow. 1 h 44.

> Consultez l’horaire du film : https://ouvoir.ca/2019/atlantique