Le réalisateur Nicolas Paquet a suivi durant un été trois chefs de l’est du Québec qui partagent les défis de leur travail au quotidien, mais surtout leur vision d’une approche renouvelée de la restauration misant sur la valorisation du territoire et la souveraineté alimentaire.

Iris Gagnon-Paradis Iris Gagnon-Paradis
La Presse

Après avoir parcouru les villages du Québec à la découverte des cantines et casse-croûte ponctuant ses routes rurales avec Esprit de cantine, le réalisateur Nicolas Paquet poursuit sa traversée des chemins moins fréquentés avec Chef.fe.s de brousse.

Restant dans la thématique alimentaire, il tourne cette fois sa lentille vers la restauration, mais pas n’importe laquelle : celle pratiquée, en région, dans l’est du Québec, plus précisément, par des chefs et restaurateurs engagés qui sortent des sentiers battus pour mieux valoriser leur territoire.

On y fait la rencontre de trois chefs et de leur équipe : Kim Côté, du restaurant Côté Est, Colombe St-Pierre, de Chez St-Pierre, et Pierre-Olivier Ferry, qui officiait alors aux Jardins de Métis, qu’il a quittés depuis.

Des chefs qui se battent pour une revalorisation de leur région et des trésors alimentaires dont recèle le Québec, bien souvent mal exploités et, surtout, méconnus ici, comme l’oursin. « Des gens payent très cher en Asie ou aux États-Unis pour ces produits, alors que nous, on importe leur crevette tigrée », illustre avec justesse une Colombe St-Pierre très éloquente.

IMAGE FOURNIE PAR FRANC DOC

Chef.fe.s de brousse, de Nicolas Paquet

Avec une caméra plutôt contemplative s’attardant sur les jolis paysages du Bas-Saint-Laurent, de Kamouraska à Métis-sur-Mer, en passant par Le Bic, Paquet laisse toute la parole à ces chefs qu’il suit l’espace d’un été, donnant à voir tous les défis — immenses — que ces derniers doivent relever : pénurie de main-d’œuvre, difficulté d’approvisionnement, haute saison effrénée qui fatigue corps et esprits, etc.

Assez lent et tranquille dans son déploiement, le documentaire semble parfois un peu en décalage avec le rythme frénétique — voire infernal — auquel sont soumis ces restaurateurs.

L’intérêt premier de Chef.fe. s de brousse est qu’il met de l’avant un sujet brûlant d’actualité, alors que la souveraineté alimentaire et la valorisation du territoire, et particulièrement de ses produits sauvages, naturels et comestibles, fait de plus en plus partie de la discussion au Québec. Ce faisant, Nicolas Paquet présente un véritable plaidoyer pour une cuisine identitaire engagée qui redonnerait aux Québécois le contrôle sur leurs ressources et leur territoire.

Deux représentations spéciales de Chef.fe.s de brousse auront lieu en compagnie du réalisateur au Cinéma Beaubien, ce vendredi, en présence du chef Simon Mathys et d’Élisabeth Cardin, du restaurant Manitoba, et samedi en présence de Christian Bégin.

★★★

Chef.fe.s de brousse, un documentaire de Nicolas Paquet. Avec Colombe Saint-Pierre, Kim Côté, Pierre-Olivier Ferry. 1 h 10.

> Consultez l’horaire du film : https://ouvoir.ca/2019/chef-fe-s-de-brousse