Chaque année, à l’arrivée du Tour de France, des inconditionnels s’installent, parfois plusieurs jours d’avance, à des endroits stratégiques du parcours. Comme dans le célèbre col d’Izoard, dans les Hautes-Alpes, où, en 2017, le tour passait pour la 35e fois.

André Duchesne André Duchesne
La Presse

Ils ont des prénoms sympathiques : Andrée, Georges, Marie, Jacquy, François ou Jacques. Ils ont la vieillesse tendre et souriante. Ils sont français, adorent le Tour de France et en font leur destination vacances.

Comment le leur reprocher ? Quiconque a suivi la plus célèbre course du monde à la télé a pu constater combien la France est un beau pays. Et que le passage obligé par les Alpes est farci de paysages spectaculaires.

Dans ce documentaire sympathique, mais qui atteint vite ses limites, les deux réalisateurs s’installent dans une montée du col d’Izoard avec des adeptes qui arrivent 12 (!) jours d’avance pour planter leur autocaravane dans la plus belle courbe, au bord de la route sinueuse.

Et les voilà qui, pour passer le temps, regardent la compétition à la télévision (lorsque l’antenne fonctionne), prennent l’apéro, jouent aux cartes, font un peu de vélo ou de randonnée, jouent de la musique, lisent L’Équipe.

Et plus le jour J approche, plus la foule grossit. Avec ses avantages et ses inconvénients.

IMAGE FOURNIE PAR MAISON 4:3

La grand-messe

Tout cela est filmé avec une bonne dose de joie de vivre. Et, sans surprise, plusieurs prises de vues sont à couper le souffle.

Une fois le cirque passé, tout un chacun remballe ses affaires et fait ses au revoir jusqu’à l’an prochain.

C’est la douce France…

★★★

La grand-messe. Documentaire de Méryl Fortunat-Rossi et Valéry Rosier. Avec plusieurs adeptes du Tour de France. 1 h 10.

> Consultez l'horaire du film : https://ouvoir.ca/2018/la-grand-messe