Synopsis: La vie d’un enseignant français installé au Québec bascule le jour où il surprend un adolescent inconnu dans sa maison située à la campagne, où il s’est nouvellement installé avec sa femme…

Marc-André Lussier Marc-André Lussier
La Presse

Il y a d’abord un problème de décalage dans le titre même de ce film français principalement tourné chez nous avec plusieurs acteurs québécois. En ajoutant un point d’exclamation à ce Pauvre Georges, on laisse d’emblée miroiter la perspective d’une comédie, ou, à tout le moins, d’un film doté d’une vision teintée d’ironie ou de sarcasme. Or, ce long métrage de Claire Devers est un vrai drame, parfois même un peu lourd.

Le décalage réside aussi dans la manière. Le scénario, écrit par Jean-Louis Benoît et la cinéaste, met en son centre un homme (excellent Grégory Gadebois) qui tente de trouver un nouveau sens à sa vie en prenant sous son aile un petit délinquant, quitte à créer une crise au sein de son couple. Dans le rôle de son épouse, Monia Chokri livre une performance impeccable.

IMAGE FOURNIE PAR AXIA FILMS

Pauvre Georges !

Il se trouve qu’en empruntant une forme réaliste, même si certains éléments du récit restent peu plausibles, la réalisatrice a du mal à trouver le ton juste. On se surprend même parfois à rêver de ce qu’un cinéaste comme François Ozon aurait pu tirer d’une histoire pareille.

Malgré de belles qualités de mise en scène et d’interprétation, ce Pauvre Georges ! laisse perplexe. Avec ou sans point d’exclamation.

Consultez l’horaire du film