La mode Airbnb en prend pour son rhume dans cette comédie d’horreur qui ratisse (trop ?) large avec son exploration de thèmes multiples tels la rupture amoureuse, le choc des générations, les jeunes à l’ère de Donald Trump, les conflits mère-fille, etc. 

André Duchesne André Duchesne
La Presse

Ces thèmes étant trop nombreux pour être approfondis, mettons-les de côté pour nous laisser plutôt entraîner par le rythme fou, la mise en scène attrayante et le travail des deux principaux comédiens, Amanda Crew et Robert Patrick, qui s’amusent sans se prendre au sérieux.

Crew dans le rôle d’Olive, jeune femme dans la vingtaine qui, pour oublier ce qui ne marche pas dans sa vie (tout !), loue une maison appartenant à Harvey (Patrick), homme pétri de violence et d’hallucinations qui ne s’est pas remis de la mort de sa femme.

On rit davantage qu’on a peur dans ce film de Richard Bates Jr. Et c’est bien ainsi.

À l’auditorium des Diplômés de l’Université Concordia, ce soir, 21 h 30