Synopsis: En 1989-1990, une jeune Britannique de 26 ans, Tracy Edwards, secoue le monde très masculin de la voile en s’engageant dans la plus grande course autour du monde avec un équipage totalement féminin. Elle n’est pas là pour participer. Elle veut gagner.

Marie Tison Marie Tison
La Presse

Par bonheur, les membres de l’équipage du voilier Maiden ont abondamment filmé leur odyssée autour du monde lors de la course Whitbread, de septembre 1989 à mai 1990. C’est ce qui fait la grande richesse du documentaire d’Alex Holmes.

Grâce à ces images, les spectateurs peuvent vraiment partager la vie de ces jeunes femmes, isolées pendant des semaines sur une coquille de noix, à affronter des vagues gigantesques, des froids mordants, des avaries. Et lors des escales, elles doivent affronter les questions condescendantes des journalistes masculins.

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

Affiche du documentaire Maiden

Le réalisateur ne renouvelle pas le genre en entrecoupant ces images d’archives par des entrevues réalisées près de 30 ans plus tard avec les principaux personnages. Il est toutefois passionnant de constater que ces jeunes femmes aventureuses sont devenues des femmes matures en pleine possession de leurs moyens qui ne craignent pas de raconter les choses telles qu’elles étaient réellement. Ainsi, Tracy Edwards avait une force de caractère hors du commun, mais comme elle était dévorée par l’anxiété, « il n’était pas confortable d’être à ses côtés ».

La charge émotive augmente au fur et à mesure qu’on se rapproche de la fin de la course, alors que les coéquipières réalisent que l’enjeu n’est plus de gagner la course, mais d’ouvrir la porte à de nouvelles générations de navigatrices.