Après un contrôle fiscal qui tourne mal, l’agence de communications parisienne Happy Few doit déménager ses bureaux à La Courneuve, une banlieue « difficile ». Les bobos parisiens vont donc devoir composer avec leur nouvel environnement.

Olivia Lévy Olivia Lévy
La Presse

Dès le début du film, on est séduit par Fred Bartel, patron de l’agence Happy Few, au tempérament bouillant, stressé, drôle et très humain, incarné par Gilles Lellouche.

Ce petit malin a voulu avoir des exonérations d’impôt en faisant croire que son agence de communication avait ses bureaux dans une banlieue parisienne.

Résultat ? Il doit y déménager et embaucher des jeunes issus de cette même banlieue où l’on craint le pire.

Ce qui est incroyable dans ce film, c’est la solidarité qui s’en dégage. Les employés forment une dynamique équipe toujours prête à rivaliser d’imagination pour se sortir de situations catastrophiques !

IMAGE FOURNIE PAR CANAL+

Jusqu’ici tout va bien, film de Mohamed Hamidi

Même si certaines scènes du film sont un peu improbables, ce qui compte, c’est le message, un peu fleur bleue, qu’on peut s’entraider, quelles que soient nos origines et nos différences.

Le réalisateur Mohamed Hamidi pose un regard bienveillant et s’amuse avec les clichés des jeunes des banlieues. Les situations comiques s’enchaînent, les comédiens Malik Bentalha et Gilles Lellouche forment un duo attachant.

On passe un bon moment, car cette comédie est sympathique et fait du bien.

★★★ Jusqu’ici tout va bien. Comédie dramatique de Mohamed Hamidi. Avec Gilles Lellouche, Malik Bentalha, Sabrina Ouazani. 1 h 30.

> Consultez l’horaire du film