L'histoire: Pendant six ans, la réalisatrice suit le parcours d'une jeune femme qui, vivant dans un camp de réfugiés en Cisjordanie, rêve d'entrer dans les Forces de sécurité palestiniennes. Son parcours est cependant jalonné de nombreux obstacles, à commencer par sa forte personnalité.

Mis à jour le 25 janv. 2019
ANDRÉ DUCHESNE LA PRESSE

La terre est vaste, mais le monde dans lequel vit Walaa est petit. Trop petit sans doute pour cette adolescente qui, sous nos yeux, devient une jeune femme, avec toujours un caractère explosif, une envie d'embrasser le monde, de prendre la cause des Palestiniens à bras-le-corps dans l'espoir que le sort de son peuple et de ses proches s'améliore.

C'est l'essence de ce documentaire qui, comme plusieurs autres films tournés dans les camps de réfugiés, transmet un sentiment d'étouffement (celui de Walaa compte 27 000 personnes coincées dans 0,25 km2), de repli sur soi, voire d'ennui.

Que font Walaa, sa mère Latifa et leurs proches dans la première partie du film? Elles bavardent, jouent au ballon, se disputent, vont sur Facebook, regardent la télé dans un environnement très restreint. Walaa répète à qui veut l'entendre ce rêve de devenir policière. Bref, il ne se passe pas grand-chose.

Mais les habitants des lieux peuvent sortir du camp. Ce qui mènera d'ailleurs le spectateur à suivre Walaa au centre de formation des futurs policiers palestiniens.

Les plans de caméra s'élargissent. Le monde s'ouvre un peu. Mais Walaa, toujours aussi rebelle, fait la forte tête et frôle le renvoi.

Le film gagne beaucoup en intérêt dans cette deuxième partie. On fait par exemple le constat des conditions difficiles dans lesquelles les élèves sont formés, alors que les professeurs et les administrateurs les traitent avec dureté. On sent aussi un tout petit, mais tout petit, changement dans la personnalité de la jeune femme.

Une très belle idée scénaristique nourrit d'ailleurs la conclusion. Comme elle l'a fait au début du film, la cinéaste suit et filme son sujet sur le même parcours dans les dédales du camp. Comme si, finalement, l'histoire se répète. Mais Walaa a néanmoins fait un pas en avant.

* * *

What Walaa Wants (V. F. Le rêve de Walaa). Documentaire de Christy Garland. Avec Walaa Khaled, Fawzy Tanji, Latifa Abu Draa. 1h29.

> Consultez l'horaire du film

Image fournie par l'ONF

What Walaa Wants