Pour éviter de peiner son père, un garçon surnommé « Fourmi », sur le point d’être recruté par le prestigieux club de soccer anglais Arsenal, se lance dans un mensonge qui prend des proportions inattendues.

Publié le 20 sept. 2019
Marc-André Lussier
Marc-André Lussier La Presse

Inspiré d’une bande dessinée espagnole, Fourmi fait partie de ces films qui ne passeront à l’histoire d’aucune façon, mais qui remplissent quand même le mandat qu’ils se sont fixé : plaire au public à qui ils sont destinés. Dans ce cas-ci, il s’agit de jeunes spectateurs qui pourront assurément s’identifier au parcours d’un garçon âgé de 12 ans, très doué pour le soccer, mais encore trop « petit » aux yeux des recruteurs.

L’un des axes du récit porte sur la réticence de ce garçon (Maleaume Paquin) à accabler davantage un père dépressif, trop heureux à l’idée que son fils puisse se sortir de sa bourgade du nord de la France grâce à son talent athlétique. 

IMAGE FOURNIE PAR TVA FILMS

Fourmi, de Julien Rappeneau

Solidement interprété par François Damiens, le paternel fait d’ailleurs partie de ces parents qu’on cherche à éloigner du terrain tellement leur présence peut être lourde…

Réalisé par Julien Rappeneau, qui suit les traces de son illustre père, Jean-Paul, Fourmi aborde ainsi des thèmes familiers, développés de façon prévisible, mais néanmoins pertinente.

★★★

Fourmi. Comédie dramatique de Julien Rappeneau. Avec François Damiens, Maleaume Paquin, André Dussollier. 1 h 46.

> Consultez l’horaire du film