Ludique, inventif, jouissif, caricatural, burlesque et à mourir de rire que ce Lake Michigan Monster.

André Duchesne André Duchesne
La Presse

Le réalisateur Ryland Tews y incarne Seafield, genre de capitaine Achab du XXIe siècle. Vivant à Milwaukee, Seafield veut venger la mort de son père tué par un monstre vivant dans les profondeurs du lac Michigan.

À défaut d’un budget digne de ce nom, ce film tourné en noir et blanc est farci de mille et une idées géniales avec ses angles en contre-plongée, sa caméra à l’épaule, sa texture granuleuse, son aspect de négatif abîmé, ses graphiques en surimpression, etc. Après un petit flottement en milieu de scénario, l’histoire se termine en feu d’artifice.

Salle J.A. de Sève, aujourd’hui à 17 h