Le film suit à la trace Steve Bannon, stratège de la campagne présidentielle de Donald Trump, depuis son départ forcé de la Maison-Blanche en 2017 jusqu’aux élections de mi-mandat de 2018.

Marc-André Lussier
Marc-André Lussier La Presse

Steve Bannon est reconnu pour être l’une des figures de proue de l’alt right, ce mouvement de « droite alternative » qui prône des mesures ultra-conservatrices. L’homme se définit lui-même comme un populiste et un nationaliste.

Alison Klayman (Ai Weiwei : Never Sorry), qui ne partage pas du tout les idées du stratège politique, a pu avoir un accès privilégié à lui grâce à la productrice Marie-Therese Guirgis, une ancienne collègue de Bannon à l’époque où ce dernier évoluait dans le monde du cinéma.

La réalisatrice a ainsi pu suivre Steve Bannon depuis son congédiement par Donald Trump en 2017. Sans jamais prendre position ni intervenir, elle laisse parler ses images et se concentre notamment sur la tentative de Bannon de propulser son mouvement outre-Atlantique, où il s’acoquine avec tous les leaders d’extrême droite en vue des prochaines élections européennes.

IMAGE FOURNIE PAR MÉTROPOLE FILMS

The Brink

Le résultat est un portrait parfois fade dans lequel Bannon n’est pas très souvent confronté, mis à part une interview plus serrée avec un journaliste du Guardian.

Le film se termine sur les élections américaines de mi-mandat, qu’il suit avec angoisse, même s’il n’est plus impliqué directement, et la victoire des démocrates à la Chambre des représentants. En braquant alors sa caméra sur les femmes nouvellement élues, issues de la diversité, la réalisatrice indique bien où se situe, selon elle, le bon côté de l’Histoire.

Notez que The Brink est à l’affiche en version originale anglaise seulement.

★★★ The Brink. Documentaire d'Alison Klayman. Avec Steve Bannon, Nigel Farage, Louis Aliot. 1h41.

> Consultez l’horaire du film