Après avoir frôlé la mort dans un accident de voiture lors d'une nuit de beuverie, John Callahan (Joaquin Phoenix) s'enfonce dans l'ivresse et la déchéance. Il accepte de suivre une cure de désintoxication et se trouve un «parrain» dans le mouvement AA. Ce dernier deviendra son mentor et l'encouragera à explorer son don pour l'illustration.

Mis à jour le 20 juill. 2018
Luc Boulanger LA PRESSE

Le réalisateur Gus Van Sant est fasciné par les personnages marginaux et rebelles, aux parcours exceptionnels.

Après avoir filmé le destin tragique du militant gai Harvey Milk, puis celui du chanteur Kurt Cobain (Last Days), voilà que le cinéaste américain se penche sur la vie de l'illustrateur satirique, alcoolique et irrévérencieux John Callahan. Ce dernier était cloué à un fauteuil roulant, après qu'un accident de voiture l'eut rendu tétraplégique à l'âge de 21 ans.

Par chance, Callahan était aussi doté d'un humour noir et d'un sens de l'autodérision ; cela le sauve du pathos et éloigne le film du mélodrame.

Le biopic de Gus Van Sant, adapté de la biographie du dessinateur mort en 2010, est plus formaliste que classique. Si le personnage et son histoire sont fascinants, curieusement, le réalisateur semble absent de son propre film.

Son point de vue se résume à une structure narrative non linéaire, ponctuée de nombreux flash-back et sauts dans le temps. Grâce à un montage parallèle efficace, quoique parfois déroutant, on suit Callahan avant son accident, durant des réunions chez les AA, à l'hôpital ou dans des cliniques où de bienveillants thérapeutes l'aident à sortir de sa torpeur. Le film dévoile sa rédemption dans la création (on voit plusieurs de ses dessins) et, bien sûr, dans la sobriété. La trame du film épouse les 12 étapes des AA, en nous montrant les progrès de Callahan dans sa vie et dans son art, sous l'oeil d'un riche mentor/gourou rencontré dans le mouvement, campé par Jonah Hill, magistral et très charismatique dans ce rôle original.

Si ce n'est pas le meilleur cru de Gus Van Sant, Don't Worry, He Won't Get Far on Foot vaut le détour pour la performance puissante et touchante de Joaquin Phoenix. Encore une fois, ce grand acteur joue avec force et conviction. Un rôle à la mesure de son immense talent.

* * *

Don't Worry, He Won't Get Far on Foot. Drame biographique de Gus Van Sant. Avec Joaquin Phoenix, Jonah Hill, Rooney Mara, Jack Black. 1 h 54

Consultez l'horaire du film

AFFICHE DU FILM FOURNIE PAR LA PRODUCTION

Don't Worry, He Won't Get Far on Foot