Même si les personnages transgenres figurent au coeur de nombreuses histoires au cinéma et à la télévision depuis maintenant plusieurs années, Nadir Moknèche propose un film étonnant. Dans Lola Pater, ce n'est pas tant la nature de celle qui fut prisonnière d'un corps d'homme qui mène le récit, mais bien la quête d'une vraie relation entre un père et un fils.

Marc-André Lussier LA PRESSE

Quand ils se rencontrent une première fois, Lola n'a d'ailleurs pas le courage de dire la vérité au jeune homme, qui la croit alors nouvelle compagne de son père, Farid. De la même manière, la mère de Zino, qui vient de mourir, n'a jamais osé révéler à son fils le destin particulier de son père, disparu il y a longtemps. Dans ces circonstances, on comprend la colère de Zino quand, de la bouche de Lola, il apprend enfin la vérité. Le mensonge, de tous bords tous côtés.

La beauté de ce film réside dans l'apprivoisement de deux êtres qui tenteront d'établir le lien d'un père à un fils, malgré les apparences. Avec beaucoup de délicatesse et de douceur, Nadir Moknèche (Goodbye Morocco) se concentre principalement sur cet aspect du film.

Tewfik Jallab est fort convaincant et Fanny Ardant est touchée par la grâce. L'actrice donne son authenticité à un personnage qui aurait facilement pu prêter flanc à la caricature.

Image fournie par Axia Films

Lola Pater

SYNOPSIS

À la mort de sa mère, Zino décide de retrouver son père, Farid, qui est parti quand il est né. Or, Farid est devenu Lola, il y a 25 ans...

*** 1/2

Lola Pater. Drame de Nadir Moknèche. Avec Fanny Ardant, Tewfik Jallab, Nadia Kaci. 1 h 35 

>> Consultez l'horaire du film