Régis Tremblay LE SOLEIL

Des régions stagnantes. Des villages à sec. Des gens apathiques, en attente d'un leader ou d'une aide venue d'ailleurs. Des rivalités de clochers, des chicanes de bouts de tuyaux... Reprenant une expression bien québécoise, Porteur d'eau parle-t-il de la mort lente de nos régions? On pourrait le croire, même si le film de Pascal Gélinas a été tourné sur l'île de Florès, en Indonésie.

Il est vrai que ce porteur d'eau et d'espoir est un Rimouskois, un «régional» Mais Gilles Raymond ne se bat plus pour le réveil de l'est du Québec : il n'y croit plus. Il ne veut même plus savoir à qui la faute. Aux gouvernements, accusés de je-m'en-foutisme ou d'interventionnisme, selon qu'ils soient rouges ou bleus? À «'apathie des hommes des villages» comme c'était le cas en Indonésie, avant que n'apparaisse ce sauveur québécois?

Gilles Raymond et Pascal Gélinas n'ont pas le coeur à répondre à ces questions. Ils montrent simplement, sur le terrain, ce qui peut arriver quand un homme de bonne volonté entreprend de s'attaquer aux défaitismes locaux et de se passer des appareils gouvernementaux.

Bien sûr, dans cette île du bout du monde, la tâche est beaucoup plus simple, plus claire : elle est claire comme cette eau qu'il suffisait de canaliser avec des tuyaux pour la faire descendre des montagnes et l'apporter aux villages par simple gravité. On reste pantois devant ce changement radical, qui mettait fin à des temps immémoriaux où les paysans mettaient quatre heures quotidiennement à transporter l'eau dans des bidons! Dans ces conditions, comment développer quelque culture que ce soit? Ces villages étaient des déserts entourés d'eau.

On peut voir dans Porteur d'eau une parabole sur les îlots de pauvreté d'un pays plein de richesses naturelles... comme le Québec! On peut se demander pourquoi un seul homme peut faire une telle différence. Quel est donc cet instinct du troupeau à la recherche d'un berger bienveillant? On peut encore se contenter de voir dans le film de Gélinas un beau conte sur la résurrection d'un coin de pays si loin de nous géographiquement, mais si près géopolitiquement.

______________________________

* * *

Porteur d'eau, documentaire de Pascal Gélinas.

Le journaliste Pascal Gélinas suit le Rimouskois Gilles Raymond, dont l'arrivée a changé la vie d'un village d'Indonésie.

Un récit clair, un propos humain et de belles images.