Source ID:385940; App Source:cedromItem

Yves Jacques, Voyez comme ils dansent: le passeur du Styx

Depuis La classe de neige (1998), Yves Jacques... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE)

Agrandir

Depuis La classe de neige (1998), Yves Jacques a joué dans sept films du défunt réalisateur Claude Miller.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Le cinéma du réalisateur français Claude Miller porte une petite touche québécoise. Elle se manifeste à travers le comédien Yves Jacques, qui a joué dans sept films du cinéaste qui s'est éteint le 4 avril 2012. Dont Voyez comme ils dansent, à l'affiche vendredi prochain.

Yves Jacques voue une admiration sans bornes au réalisateur français Claude Miller avec qui il a travaillé sept fois en 15 ans.

En entrevue, il est rare qu'Yves Jacques n'évoque pas au moins une fois le nom de Miller. Lorsque le cinéaste est mort, le 4 avril 2012, le comédien québécois a dit à La Presse: «Claude était un être humain merveilleux. Sur le plateau, il était très calme, très humain. Je retrouvais en lui le pendant français de Denys Arcand.»

On ne s'étonnera donc nullement de retrouver le comédien dans Voyez comme ils dansent, l'avant-dernier film de Miller qui a été entièrement tourné au Québec et dans l'Ouest canadien. Il y interprète le chef de train George Bliss.

Mettant en vedette Marina Sands, James Thiérrée et Maya Sansa, le film raconte l'histoire de Lise (Sands), documentariste qui fait la traversée du Canada en train. À la suite d'un accident sur la voie, elle rencontre Alexandra, dernière compagne de son ex-conjoint Vic, mort tragiquement. De cette rencontre où s'entremêlent rivalité et recherche de compréhension se dégage un point commun entre les deux femmes: l'amour fusionnel d'un même homme.

Pour Yves Jacques, ce film se pose dans la continuité de l'oeuvre de Miller. «Ce film avait chez Claude un peu la même place que La petite Lili, dit-il. C'est aussi un peu le reflet de ce qu'il a vécu lui-même. Il y parle du deuil de l'ex-conjoint qui n'est pas fait. Ici, le personnage de Lise veut voir avec qui son conjoint a vécu après elle. Elle veut savoir pour qui il l'a laissé tomber.»

Défendant le premier rôle de soutien masculin, Yves Jacques incarne ici un chef de gare qui accompagne Lise dans son voyage à la rencontre d'Alexandra et vers le dernier lieu où Vic a vécu.

«Je me trouve un peu à être le Charon, le passeur du Styx qui amène les vivants dans le monde de la mort, dit M. Jacques en évoquant la mythologie grecque. Tout ça est très beau.»

Faisant contrepoids au côté lourd et dramatique du film, George est un personnage enjoué et attentionné avec les passagers. Yves Jacques parle de lui avec affection. «Je me suis un peu inspiré d'un maître d'hôtel au restaurant L'Express, relate-t-il en riant. Un gars qui fait toujours des blagues. Claude voulait ce genre de personnage qu'on voit dans les trains et qui rencontre toutes sortes de gens, voit à ce que tout se passe bien et prend tout en riant.»

On retrouve plusieurs autres acteurs québécois dans le film, dont Anne-Marie Cadieux, Benoît Brière, Aubert Pallascio et Normand D'Amour. Plusieurs scènes ont été tournées à Québec et d'autres à bord de voitures accrochées au train de VIA faisant la traversée du pays.

«Claude était heureux de tourner ici, ajoute M. Jacques. Il aimait le Québec et a beaucoup aimé les gens de l'équipe technique. Je suis sûr que ce film est resté un de ses plus beaux souvenirs de tournage, avec La petite Lili à l'île aux Moines, en Bretagne.»

Le film sort en salle le 28 juin au Québec. La première aura lieu le mardi 25 juin en présence d'Annie Miller, femme du réalisateur, et de la coscénariste Natalie Carter.




la boite: 1977421:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer