Source ID:cbf57d2255573bb5aca6bf8dd498064b; App Source:StoryBuilder

Ludivine Reding et Mehdi Bousaidan: glisser vers la création

Ludivine Reding et Medhi Bousaidan... (Photo David Boily, La Presse)

Agrandir

Ludivine Reding et Medhi Bousaidan

Photo David Boily, La Presse

La compétition, c'est bien. Mais la création, c'est encore mieux. Voilà une des leçons à retenir de La course des tuques, suite du célèbre long métrage La guerre des tuques. Nous en avons discuté avec Mehdi Bousaidan et Ludivine Reding, qui prêtent leurs voix aux deux p'tits nouveaux de la bande, Zac et Charlie.

Exit, le grand fort aux mille gadgets de La guerre des tuques. François les lunettes (Hélène Bourgeois Leclerc) fabrique maintenant des luges ultrarapides que conduit son amie Sophie (Mariloup Wolfe) sur des pistes dessinées par... François.

Le règne de ce tandem sur la bande du village est cependant menacé par l'arrivée de Zac et Charlie, deux enfants ambitieux et prêts à tout pour devenir rois et maîtres des lieux.

Prêts à tout? Du moins, pour un certain temps. Car, comme tous les enfants du monde, Zac et Charlie ont aussi envie de tendre la main à l'autre sans juger ni étiqueter.

«Zac est perçu comme le garçon le plus tannant de la gang. Mais en même temps, il est super attachant et charmant. Il veut tout faire pour gagner, mais au fond, il a un grand coeur. J'en ai connu des petits gars comme Zac et ce sont mes préférés», indique Ludivine Reding, au sujet du personnage incarné par Mehdi Bousaidan.

Quant à Charlie, c'est une jeune fille dont la pensée évolue, pour le mieux, au fil de l'histoire, observe Mehdi Bousaidan. «Elle se fait un peu manipuler par Zac au début. Jusqu'à ce qu'elle décide de se prendre en main. C'est cool à voir. Elle s'assume et se découvre.»

On comprendra rapidement que dans cette suite de La guerre des tuques, un film résolument destiné à toute la famille, les bonnes valeurs ne sont jamais loin.

Le film célèbre aussi les joies de l'imagination comme de la création. Autrement dit, en cette ère farcie d'écrans et de pixels, le film salue l'époque où l'on pouvait s'amuser avec presque rien. C'est le cas lorsque François fabrique ses luges et ses pistes de course avec tout ce qui lui tombe sous la main: vieilles pelles, morceaux de tôle, bouts de bois.

Or, en écoutant parler Mehdi (27 ans) et Ludivine (21 ans), on réalise que cette époque d'une création ad lib. n'est pas aussi lointaine qu'on pourrait le croire.

Mehdi: On a quand même grandi sans...

Ludivine: ... iPhone.

Mehdi: Quand j'étais plus jeune, l'internet ne valait pas grand-chose.

Ludivine: J'avais seulement MSN.

Mehdi: Ça prenait 25 minutes pour télécharger l'image d'un personnage de Dragon Ball. Alors, je passais plus de temps à jouer dehors.

Ludivine: En regardant des films comme celui-ci, on est nostalgique de notre jeunesse. Je vois des enfants dans la rue avec leur iPad et je me dis: oh boy! À 5, 6 ans, on est censé être dehors à inventer des jeux avec ses amis. C'est à cet âge-là que ta créativité et ton imagination se développent.

Mehdi: L'enfant n'a plus la notion de l'ennui. Or, lorsque tu t'ennuies, tu peux te mettre à créer. Je me souviens d'avoir joué durant des heures dans ma cour en prenant un bâton et en imaginant que je me défendais contre des chevaliers qui m'attaquaient.

Ludivine: Moi, j'imaginais être une vétérinaire en m'amusant avec mes toutous.

Pour Hélène Bourgeois Leclerc, la voix de François les lunettes, La course des tuques est sans contredit un film sur la créativité.

«C'était aussi le cas avec La guerre des tuques, rappelle-t-elle. Dans ces films, on ressent la capacité de l'enfant à se créer un monde et à y embarquer sans limites. Je m'efforce d'implanter ça à la maison avec ma fille Margot. Il n'y a rien de plus libérateur que la créativité.»

Créativité et continuité 

Née en 1974, Hélène Bourgeois Leclerc constituait le public cible en 1984 lorsqu'est sorti La guerre des tuques. «J'ai grandi avec ce film, rigole-t-elle. Il rejoue chaque année à Ciné-Cadeau et je le regarde. Ça représente toute mon enfance.»

Même s'ils sont plus jeunes, Ludivine Reding et Mehdi Bousaidan ont aussi des liens étroits avec le film d'origine d'André Melançon et sa version animée, en 3D, de Jean-François Pouliot, sortie il y a trois ans.

«On nous le repassait chaque année durant le temps des Fêtes à l'école primaire, dit la jeune comédienne. Et enfant, je faisais des forts de princesses avec mes ami[e]s.»

«Quand je suis arrivé au Québec, je pensais que l'hiver, c'était avoir froid et tomber malade. Mais l'écoute de La guerre des tuques m'a servi de repère pour les activités hivernales. Je me suis dit que l'hiver, ça pouvait être le fun!», se souvient Mehdi Bousaidan, qui est né en Algérie.

En entrevue, le réalisateur Benoit Godbout dit de son côté avoir eu le souci d'assurer une continuité avec le film d'origine.

«Le premier film se termine avec la mort de la chienne Cléo. J'ai voulu montrer dans mon long métrage que Pierre [voix de Sébastien Reding] ne l'a pas oubliée. Lorsqu'il sort de chez lui, il voit la niche et ça lui fait un pincement au coeur. Le personnage de Luc [Nicholas Savard L'Herbier] pense toujours à son père mort à la guerre.»

Et, en passant, M. Godbout indique que le flirt entre Luc et Sophie se poursuit.

Comme le dit la chanson: l'amour a pris son temps...

_______________________________________________________________

La course des tuques prend l'affiche  le 7 décembre.

En 5D au musée Grévin

Après le film, l'expérience sensorielle! À compter du vendredi 18 janvier, les jeunes de tous les âges pourront s'asseoir dans la luge de François les lunettes afin de vivre l'expérience d'une descente virtuelle digne du film La course des tuques au musée Grévin Montréal. Dite Immersion 5D, l'expérience est construite à partir de trois éléments: des lunettes 3D Oculus Rift, un système de mouvement D-Box et des ventilateurs recréant la vitesse «virtuelle» de la luge. Le projet est une création conjointe de CarpeDiem Film & TV et de Studio Singing Frog.

En quelques dates

- 28 février 1984: Début du tournage de La guerre des tuques dans Charlevoix. Le film ouvre la voie à la célèbre série des Contes pour tous produite par Rock Demers.

- 3 octobre 1984: Sortie du film d'André Melançon au Québec.

- 21 mars 1985: Le film remporte deux trophées au gala des prix Genie du cinéma canadien (meilleur montage et la Bobine d'or pour le meilleur box-office).

- 15 mars 2015: Un hommage rendu à André Melançon au gala des prix Jutra se termine par une fausse bataille de boules de neige. Le cinéaste meurt le 23 août 2016.

- 13 novembre 2015: Sortie du film La guerre des tuques 3D de Jean-François Pouliot et François Brisson.

- 7 décembre 2018: Sortie de La course des tuques de Benoit Godbout et François Brisson.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer