Source ID:a157d2ef-4ce6-454f-9929-e2e974019841; App Source:alfamedia
Exclusif

Netflix achète le film québécois Les affamés

La comédienne Brigitte Poupart lors du tournage du film... (Photo Edouard Plante-Fréchette, Archives La Presse)

Agrandir

La comédienne Brigitte Poupart lors du tournage du film Les affamés, de Robin Aubert

Photo Edouard Plante-Fréchette, Archives La Presse

Netflix fait sa première acquisition au Québec dans le cadre de son entente de 500 millions : le géant américain a acquis les droits internationaux du film québécois Les affamés, du cinéaste Robin Aubert.

Dans le cadre de cette entente de 500 millions sur cinq ans avec Ottawa, Netflix peut investir dans deux types de productions canadiennes : de nouveaux projets de films ou séries télé, ainsi que des projets existants, mais qui n'ont pas été lancés à l'international - par exemple, le film Les affamés. La somme payée par Netflix pour les droits internationaux du film n'a pas été dévoilée.

Le film mettant en vedette Marc-André Grondin, Monia Chokri et Micheline Lanctôt sera offert dès le 2 mars sur Netflix un peu partout dans le monde, sauf dans quelques pays, dont le Canada. Le film, primé au Festival de Toronto, sera proposé aux abonnés canadiens de Netflix en 2019.

« Les affamés a fasciné le public canadien, et nous sommes ravis de faire retentir cette voix québécoise unique sur la scène mondiale. » - Extrait d'une déclaration écrite de Scott Stuber, responsable de la division cinéma de Netflix

« Des États-Unis au Japon en passant par la France, des millions de membres de Netflix seront en mesure de découvrir ce concentré de sensations fortes signé Robin Aubert. C'est un autre exemple éloquent de l'investissement que la société réalise dans la culture canadienne afin de faire rayonner ses histoires et ses artistes aux quatre coins du monde », a indiqué Scott Stuber, responsable de la division cinéma de Netflix, dans une déclaration écrite envoyée à La Presse.

Netflix, qui compte 117 millions de membres dans le monde, a déjà plusieurs films québécois dans ses catalogues canadien et international, dont Incendies (Denis Villeneuve), Les invasions barbares (Denys Arcand), Mommy (Xavier Dolan) et Monsieur Lazhar (Philippe Falardeau). Mais Les affamés sera le premier achat de Netflix qui sera comptabilisé dans l'entente de 500 millions conclue en septembre dernier avec Ottawa.

«Ça nous ouvre sur le monde», dit Grondin

L'acteur Marc-André Grondin est « excessivement content » de voir que Les affamés pourra « trouver son public » à l'international. « Le Québec francophone franchit un beau pas vers un public étranger qui n'a pas la chance normalement de voir nos films, dit-il en entrevue avec La Presse. Au Québec, le film a eu une très belle presse, les gens l'ont beaucoup aimé, mais très peu de personnes l'ont vu. Je suis content de voir que ce film va trouver son public avec une distribution planétaire, ça nous ouvre sur le monde. »

« Je suis [...] très fier que l'auditoire de Netflix puisse ressentir les frissons et les sursauts dans la version originale québécoise, ma langue maternelle empreinte d'histoire et de mystère, si riche et nuancée. » - Le réalisateur Robin Aubert, dans une déclaration écrite

« Nous ne pouvions espérer une meilleure visibilité pour le film qui sera sous la bannière Netflix Original, un traitement royal réservé à certaines acquisitions pour lesquelles Netflix a eu un coup de coeur », dit la coproductrice du film Stéphanie Morissette (La maison de prod), en entrevue avec La Presse.

«Important» d'être distribué à l'international, dit Ottawa

L'entente Netflix-Ottawa a été fortement critiquée par le milieu culturel québécois, notamment en raison de l'absence de quota francophone.

En même temps que l'annonce de cette entente en septembre dernier, le gouvernement Trudeau a confirmé qu'Ottawa continuerait d'exempter Netflix et les entreprises étrangères de l'obligation de percevoir les taxes à la consommation au Canada. Cette décision fiscale, qui ne fait pas partie de l'entente elle-même, selon Ottawa, a soulevé un tollé - au point où le gouvernement du Québec a décidé de percevoir la TVQ sur les services étrangers comme Netflix.

Ottawa fait valoir qu'il est important que les films québécois soient distribués dans le monde. « Les affamés de Robin Aubert est une excellente production québécoise. Il est important qu'un contenu de cette qualité soit partagé à l'international, pour ainsi faire découvrir davantage l'immense talent de nos artistes et réalisateurs d'ici », a indiqué par courriel l'attaché de presse de la ministre fédérale du Patrimoine canadien Mélanie Joly, Simon Ross.

Les affamés était doté d'un budget de production de 3,7 millions de dollars, dont 1,05 million provenait de la SODEC (gouvernement du Québec) et 1,15 million, de Téléfilm Canada. Netflix a fait son offre pour acquérir les droits internationaux durant le Festival de Toronto en septembre dernier, selon Mme Morissette. Comme divers droits au Canada étaient déjà attribués, le film sortira seulement en 2019 au Canada sur Netflix. Le film est offert au Canada sur iTunes depuis mardi dernier et sera en vidéo sur demande à partir du 13 février.

Netflix, «une porte de plus», selon Marc-André Grondin

L'approche fiscale d'Ottawa envers Netflix est une chose. L'engagement de Netflix d'investir 500 millions au Canada en est une autre. S'il préfère ne pas commenter les aspects fiscaux du dossier Netflix, l'acteur Marc-André Grondin souligne que l'arrivée de Netflix sera bénéfique en matière de production cinéma/télé. « En tant que jeune joueur de l'industrie, je me réjouis de l'arrivée de Netflix dans le paysage, dit l'acteur et producteur. On vit avec les mêmes boîtes de production, les mêmes diffuseurs depuis des années. Ça peut juste amener une vision différente. TVA, Radio-Canada, Télé-Québec et V n'ont pas les mêmes champs d'intérêt. Netflix englobe tout. Ça rajoute une possibilité. Ils ont de gros budgets et ça nous permet de rêver. Ça nous donne une porte de plus dans un milieu qui marche de plus en plus avec des quasi-monopoles. »

Les affamés en bref

Présenté au Festival international du film de Toronto (TIFF), où il a remporté le prix du meilleur film canadien, Les affamés a été lancé en octobre dernier dans les salles de cinéma au Québec, où il a généré des recettes d'environ 195 000 $ au box-office. Ce drame d'horreur raconte l'histoire d'un village isolé du nord du Québec dont certains habitants se mettent à attaquer leurs familles et leurs proches.




Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer