Source ID:; App Source:

Rebelle s'impose aux Jutra

  • Le film Rebelle a terminé la soirée avec huit trophées Jutra. (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

    Plein écran

    Le film Rebelle a terminé la soirée avec huit trophées Jutra.

    PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

  • 1 / 20
  • Kim Nguyen a remporté le Jutra du meilleur scénario pour le film Rebelle. Il a également ajouté celui de la meilleure réalisation. (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

    Plein écran

    Kim Nguyen a remporté le Jutra du meilleur scénario pour le film Rebelle. Il a également ajouté celui de la meilleure réalisation.

    PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

  • 2 / 20
  • Rachel Mwanza, soutenue par les deux présentateurs, a gagné le Jutra de la meilleure actrice pour son rôle dans Rebelle. (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

    Plein écran

    Rachel Mwanza, soutenue par les deux présentateurs, a gagné le Jutra de la meilleure actrice pour son rôle dans Rebelle.

    PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

  • 3 / 20
  • Julien Poulin a remporté le Jutra du meilleur acteur pour son rôle dans le film Camion. (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

    Plein écran

    Julien Poulin a remporté le Jutra du meilleur acteur pour son rôle dans le film Camion.

    PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

  • 4 / 20
  • Richard Comeau a remporté le Jutra du meilleur montage pour le film Rebelle. (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

    Plein écran

    Richard Comeau a remporté le Jutra du meilleur montage pour le film Rebelle.

    PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

  • 5 / 20
  • Brigitte Poupart a été récompensée pour son film Over My Dead Body. (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

    Plein écran

    Brigitte Poupart a été récompensée pour son film Over My Dead Body.

    PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

  • 6 / 20
  • Xavier Dolan a accepté le prix de la meilleure direction artistique pour le film Laurence Anyways au nom d’Anne Pritchard. (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

    Plein écran

    Xavier Dolan a accepté le prix de la meilleure direction artistique pour le film Laurence Anyways au nom d’Anne Pritchard.

    PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

  • 7 / 20
  • Le film Là où je suis de Myriam Magassouba a mérité le Jutra du meilleur court ou moyen métrage de fiction. (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

    Plein écran

    Le film Là où je suis de Myriam Magassouba a mérité le Jutra du meilleur court ou moyen métrage de fiction.

    PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

  • 8 / 20
  • Serge Kanyinda a remporté le Jutra du meilleur acteur de soutien pour son rôle dans le film Rebelle. Rachel Mwanza a accepté le prix pour lui. (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

    Plein écran

    Serge Kanyinda a remporté le Jutra du meilleur acteur de soutien pour son rôle dans le film Rebelle. Rachel Mwanza a accepté le prix pour lui.

    PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

  • 9 / 20
  • Le film Bydlo de Patrick Bouchard a mérité le Jutra du meilleur court ou moyen métrage d’animation. (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

    Plein écran

    Le film Bydlo de Patrick Bouchard a mérité le Jutra du meilleur court ou moyen métrage d’animation.

    PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

  • 10 / 20
  • Michel Côté a reçu le Jutra hommage. (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

    Plein écran

    Michel Côté a reçu le Jutra hommage.

    PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

  • 11 / 20
  • L'animateur Rémy Girard (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

    Plein écran

    L'animateur Rémy Girard

    PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

  • 12 / 20
  • Kim Nguyen, qui est en nomination pour le Jutra de la meilleure réalisation pour Rebelle, et sa conjointe. (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

    Plein écran

    Kim Nguyen, qui est en nomination pour le Jutra de la meilleure réalisation pour Rebelle, et sa conjointe.

    PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

  • 13 / 20
  • Podz, qui est en nomination pour le Jutra de la meilleure réalisation pour L'Affaire Dumont, et Gina Desjardins. (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

    Plein écran

    Podz, qui est en nomination pour le Jutra de la meilleure réalisation pour L'Affaire Dumont, et Gina Desjardins.

    PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

  • 14 / 20
  • Rachel Mwanza, en nomination comme meilleure actrice dans Rebelle. (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

    Plein écran

    Rachel Mwanza, en nomination comme meilleure actrice dans Rebelle.

    PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

  • 15 / 20
  • Sabrina Ouazani, en nomination comme meilleure actrice de soutien dans Inch'Allah. (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

    Plein écran

    Sabrina Ouazani, en nomination comme meilleure actrice de soutien dans Inch'Allah.

    PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

  • 16 / 20
  • Monia Chokri, en nomination comme meilleure actrice de soutien dans Laurence Anyways. (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

    Plein écran

    Monia Chokri, en nomination comme meilleure actrice de soutien dans Laurence Anyways.

    PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

  • 17 / 20
  • Nathalie Baye, en nomination comme meilleure actrice de soutien dans Laurence Anyways. (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

    Plein écran

    Nathalie Baye, en nomination comme meilleure actrice de soutien dans Laurence Anyways.

    PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

  • 18 / 20
  • Anne-Marie Cadieux (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

    Plein écran

    Anne-Marie Cadieux

    PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

  • 19 / 20
  • Sylvie Moreau (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

    Plein écran

    Sylvie Moreau

    PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

  • 20 / 20

Comme les trois autres films en lice aux Oscars à Hollywood avant lui (Les invasions barbares en 2004, Incendies en 2011 et Monsieur Lazhar l'an dernier), Rebelle a terminé dimanche soir en beauté sa course folle aux récompenses en triomphant chez lui.

Le long métrage qu'a tourné Kim Nguyen en Afrique, dont l'histoire relate le parcours d'une enfant soldate recrutée par les forces rebelles après le massacre de sa famille, a obtenu pas moins de huit trophées Jutra.

Déjà fort des dix distinctions récoltées il y a deux semaines aux prix Écrans canadiens, Rebelle a répété l'exploit dimanche soir en enlevant notamment les trois catégories les plus prestigieuses (film, réalisation, scénario).

La jeune Rachel Mwanza, lauréate du prix d'interprétation féminine l'an dernier au Festival de Berlin, a pu ajouter un laurier supplémentaire à son impressionnante collection en étant sacrée meilleure actrice.

La jeune fille, recrutée dans les rues de Kinshasa, était visiblement sous le choc. Son partenaire, Serge Kanyinda, a aussi été célébré par l'ensemble des votants et a reçu le Jutra du meilleur acteur de soutien.

Rebelle s'est aussi distingué pour la direction photo (Nicolas Bolduc), le montage (Richard Comeau) et le son (Claude La Haye, Martin Pinsonnault et Bernard Gariépy-Strobl).

«Wow! C'est une très belle soirée!», a lancé Kim Nguyen en évoquant le courage et la générosité de ceux qui ont cru en ce projet hors normes, tourné au Congo.

Grand vainqueur incontesté de cette 15e Soirée des Jutra, Rebelle aura ainsi vu huit de ses neuf nominations se transformer en trophée. Quatre autres films se sont partagé les sept autres Jutra remis aux longs métrages de fiction.

Camion figure ainsi au tableau d'honneur de très belle façon. Le Jutra de la meilleure musique originale a en effet été attribué à Viviane Audet, Robin Joël-Cool et Éric West-Millette, signataires de la magnifique trame musicale du film de Rafaël Ouellet.

Julien Poulin, émouvant dans le rôle d'un camionneur dont la vie bascule après qu'il a été impliqué dans un accident de la route ayant provoqué la mort d'une femme, a de son côté reçu le Jutra du meilleur acteur.

«Je répète que ce travail est avant tout un travail d'équipe», a déclaré l'acteur avant de saluer l'auteur cinéaste Rafaël Ouellet, «pour sa finesse et sa rigueur».

Trois prix pour Laurence Anyways

Même si la déferlante Rebelle a évidemment presque tout emporté sur son passage, Laurence Anyways, nommé 10 fois, aura quand même sauvé la mise en mettant la main sur trois trophées: maquillage, coiffure et direction artistique (Anne Pritchard).

Inch'Allah et Ésimésac se sont aussi faufilés dans ce palmarès. Sabrina Ouazani, vue notamment dans les films d'Abdellatif Kechiche (L'esquive, La graine et le mulet) a en effet obtenu le Jutra de la meilleure actrice de soutien grâce à sa performance dans le film d'Anaïs Barbeau-Lavalette, où elle incarne une Palestinienne vivant dans un camp de Ramallah. Ésimésac s'est par ailleurs distingué pour les costumes.

Du côté des catégories plus spécialisées, où les lauréats sont choisis par des jurys distincts plutôt que par l'ensemble des votants, Over My Dead Body a été élu meilleur documentaire dans l'une des courses les plus relevées de la soirée. Brigitte Poupart, la réalisatrice de ce magnifique documentaire sur le chorégraphe Dave St-Pierre, signait aussi la mise en scène du gala présenté dimanche soir à la salle Pierre-Mercure du Centre Pierre-Péladeau.

Le Jutra du meilleur court ou moyen métrage de fiction est allé à Là où je suis (Myriam Magassouba); et celui du meilleur court ou moyen métrage d'animation à Bydlo (Patrick Bouchard).

Des laissés-pour-compte

Ce genre de palmarès - dans lequel un titre balaie pratiquement tout - laisse évidemment plusieurs autres candidats sur la touche. L'affaire Dumont de Podz, cité huit fois, rentre bredouille, tout comme Roméo Onze. Le très beau premier long métrage d'Ivan Grbovic, finaliste dans au moins quatre catégories de pointe, a dû se contenter d'une participation.

Avec le grand nombre de premiers longs métrages auxquels nous aurons droit en 2013, il serait peut-être temps de songer sérieusement à la création d'une catégorie réservée aux premiers films, sur le même modèle que les César du cinéma français.

Sans surprise, Monsieur Lazhar a hérité du Jutra du film s'étant le plus illustré à l'étranger en 2012. On peut déjà mettre un petit deux sur Rebelle pour cette catégorie l'an prochain.

Hommage à Michel Côté

Animée - plutôt laborieusement parfois - par Rémy Girard, cette 15e Soirée des Jutra a aussi été marquée par l'attribution du prix-hommage à Michel Côté, figure emblématique du cinéma à succès au Québec, et vedette d'Omertà, lauréat du Billet d'or remis au film le plus populaire de l'année.

Ému aux larmes, l'acteur a déclaré ne pas exercer ce métier pour les prix et les honneurs. «Mais un moment comme celui que je vis présentement vaut la peine d'être vécu!» Le lauréat a aussi tenu à réitérer sa foi pour le cinéma. «C'est aussi par le cinéma qu'on mesure l'évolution d'un pays, pas seulement par son escadrille de F35!», a-t-il lancé en destinant son message à James Moore, ministre du Patrimoine du gouvernement Harper.

Il s'est aussi inquiété de la baisse des parts de marché du cinéma québécois. «Pourquoi ne sommes-nous pas plus curieux de notre cinéma?» Bonne question.

LES GAGNANTS

Meilleur film : Rebelle

Meilleure réalisation : Kim Nguyen (Rebelle)

Meilleur scénario : Kim Nguyen (Rebelle)

Meilleure actrice : Rachel Mwanza (Rebelle)

Meilleur acteur : Julien Poulin (Camion)

Meilleure actrice de soutien : Sabrina Ouazani (Inch'Allah)

Meilleur acteur de soutien : Serge Kanyinda (Rebelle)

Meilleure direction artistique : Anne Pritchard (Laurence Anyways)

Meilleure direction de la photographie : Nicolas Bolduc (Rebelle)

Meilleur son : Claude La Haye, Martin Pinsonnault, Bernard Gariépy-Strobl (Rebelle)

Meilleur montage : Richard Comeau (Rebelle)

Meilleure musique originale : Viviane Audet, Robin-Joël Cool, Éric West-Millette (Camion)

Meilleurs costumes : Carmen Élie (Ésimésac)

Meilleur maquillage : Kathy Kelso, Colleen Quinton (Laurence Anyways)

Meilleure coiffure : Michelle Côté, Martin Lapointe (Laurence Anyways)

Meilleur long métrage documentaire : Over my Dead Body

Meilleur court ou moyen métrage de fiction : Là où je suis

Meilleur court ou moyen métrage d'animation : Bydlo

Film s'étant le plus illustré hors Québec : Monsieur Lazhar

Jutra Billet d'or Cineplex : Omertà

Trois prix pour Laurence Anyways

Même si la déferlante Rebelle a évidemment presque tout emporté sur son passage, Laurence Anyways, nommé 10 fois, aura quand même sauvé la mise en mettant la main sur trois trophées: maquillage, coiffure et direction artistique (Anne Pritchard).

Inch'Allah et Ésimésac se sont aussi faufilés dans ce palmarès. Sabrina Ouazani, vue notamment dans les films d'Abdellatif Kechiche (L'esquive, La graine et le mulet) a en effet obtenu le Jutra de la meilleure actrice de soutien grâce à sa performance dans le film d'Anaïs Barbeau-Lavalette, où elle incarne une Palestinienne vivant dans un camp de Ramallah. Ésimésac s'est par ailleurs distingué pour les costumes.

Du côté des catégories plus spécialisées, où les lauréats sont choisis par des jurys distincts plutôt que par l'ensemble des votants, Over My Dead Body a été élu meilleur documentaire dans l'une des courses les plus relevées de la soirée. Brigitte Poupart, la réalisatrice de ce magnifique documentaire sur le chorégraphe Dave St-Pierre, signait aussi la mise en scène du gala présenté dimanche soir à la salle Pierre-Mercure du Centre Pierre-Péladeau.

Le Jutra du meilleur court ou moyen métrage de fiction est allé à Là où je suis (Myriam Magassouba); et celui du meilleur court ou moyen métrage d'animation à Bydlo (Patrick Bouchard).

Des laissés-pour-compte

Ce genre de palmarès - dans lequel un titre balaie pratiquement tout - laisse évidemment plusieurs autres candidats sur la touche. L'affaire Dumont de Podz, cité huit fois, rentre bredouille, tout comme Roméo Onze. Le très beau premier long métrage d'Ivan Grbovic, finaliste dans au moins quatre catégories de pointe, a dû se contenter d'une participation.

Avec le grand nombre de premiers longs métrages auxquels nous aurons droit en 2013, il serait peut-être temps de songer sérieusement à la création d'une catégorie réservée aux premiers films, sur le même modèle que les César du cinéma français.

Sans surprise, Monsieur Lazhar a hérité du Jutra du film s'étant le plus illustré à l'étranger en 2012. On peut déjà mettre un petit deux sur Rebelle pour cette catégorie l'an prochain.

Hommage à Michel Côté

Animée - plutôt laborieusement parfois - par Rémy Girard, cette 15e Soirée des Jutra a aussi été marquée par l'attribution du prix-hommage à Michel Côté, figure emblématique du cinéma à succès au Québec, et vedette d'Omertà, lauréat du Billet d'or remis au film le plus populaire de l'année.

Ému aux larmes, l'acteur a déclaré ne pas exercer ce métier pour les prix et les honneurs. «Mais un moment comme celui que je vis présentement vaut la peine d'être vécu!» Le lauréat a aussi tenu à réitérer sa foi pour le cinéma. «C'est aussi par le cinéma qu'on mesure l'évolution d'un pays, pas seulement par son escadrille de F35!», a-t-il lancé en destinant son message à James Moore, ministre du Patrimoine du gouvernement Harper.

Il s'est aussi inquiété de la baisse des parts de marché du cinéma québécois. «Pourquoi ne sommes-nous pas plus curieux de notre cinéma?» Bonne question.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Hugo Dumas | Vincent Guzzo a ri dans sa barbe

    Hugo Dumas

    Vincent Guzzo a ri dans sa barbe

    Le propriétaire de cinémas Vincent Guzzo aurait eu raison de dire que la 15e soirée des Jutra d'hier soir a été à l'image de la cinématographie... »

  • Marc Cassivi | Jutra : faire pitié

    Marc Cassivi

    Jutra : faire pitié

    Un gala télévisé, ce n'est jamais très excitant de toute façon. Un carcan trop rigide à respecter, des commanditaires à contenter, des conventions et... »

  • Jutra : «Pour moi, c'est mission accomplie!»

    Gala Québec cinéma

    Jutra : «Pour moi, c'est mission accomplie!»

    La Presse a rencontré Rémy Girard, hier, durant le tournage du film LesBoys 5 à la Taverne Magnan. Retour sur un gala controversé. »

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer