Les nouvelles de notre envoyé spécial

Publié le 15 février
Marc-André Lussier
Marc-André Lussier La Presse

Aucune hésitation pour Larissa Corriveau

Ayant déjà collaboré avec Denis Côté pour Répertoire des villes disparues et Hygiène sociale, Larissa Corriveau n’a pas hésité avant d’accepter la proposition que lui a faite le cinéaste de jouer dans Un été comme ça. « La première fois qu’il m’en a parlé, il m’a avisé qu’il s’agissait d’un projet particulier, a expliqué l’actrice au cours d’une conférence de presse. Comme je connais Denis depuis plusieurs années, j’ai une très grande confiance en lui. Si un réalisateur inconnu m’avait décrit un projet comme celui-là avant même d’avoir écrit un scénario, j’aurais dit non. Mais avec Denis, je n’avais aucun doute que le propos allait dépasser la simple anecdote sur la sexualité pour aller vers quelque chose de plus profond. Je n’ai pas hésité et je ne le regrette pas non plus. Avec ce film, on est vraiment dans l’anti-porno, alors que nous sommes aujourd’hui entourés quotidiennement de toutes sortes de pornographies, pas seulement sexuelle. »

Vu à la Berlinale : The Outfit

PHOTO FOURNIE PAR LA BERLINALE

Zoey Deutch et Mark Rylance dans The Outfit. Le film de Graham Moore est présenté hors concours, dans la section Berlinale Special.

Connu jusqu’ici à titre de scénariste (il a obtenu l’Oscar de la meilleure adaptation en 2015 grâce à The Imitation Game), Graham Moore signe avec The Outfit son premier long métrage à titre de réalisateur. Mettant en vedette le toujours excellent Mark Rylance, ce film de gangsters nous ramène dans le Chicago des années 1950, tel que figé dans l’imaginaire collectif grâce au cinéma. Mark Rylance y incarne un tailleur d’exception britannique qui s’est installé dans la Ville des vents après avoir vécu une tragédie personnelle. Les vêtements qu’il confectionne sur mesure sont si distincts que sa clientèle n’est pratiquement formée que de ceux ayant les moyens de se les acheter : les membres de la pègre. Avide de discrétion, le tailleur se retrouve pourtant coincé dans une affaire qui prendra une ampleur insoupçonnée après la visite dans son commerce de deux tueurs. Rien là de bien neuf sous le soleil, mais ce long métrage se démarque surtout grâce à son style. Présenté hors concours dans la section Berlinale Special Gala, The Outfit prendra l’affiche au Québec le 18 mars.

Apprendre par le corps

PHOTO STEFANIE LOOS, AGENCE FRANCE-PRESSE

Noémie Merlant et Nahuel Pérez Biscayart sont les deux têtes d’affiche d’Un año, una noche, d’Isaki Lacuesta, en lice pour l’Ours d’or.

Nahuel Pérez Biscayart, que les cinéphiles francophones connaissent surtout grâce à 120 battements par minute et Au-revoir là-haut, et Noémie Merlant (Portrait de la jeune fille en feu) sont les têtes d’affiche d’Un año, una noche, un film espagnol tourné en français. Dans ce drame inspiré de la tragédie du Bataclan, en lice pour l’Ours d’or, les acteurs incarnent les membres d’un couple ayant survécu à la tuerie, qui, chacun de façon différente, tentent de reprendre le cours de leur vie après avoir subi un tel traumatisme. « Il a fallu beaucoup travailler sur notre corps afin de le faire réagir de façon viscérale, a expliqué Noémie Merlant au cours d’une conférence de presse. Nous avons eu droit à plusieurs jours de répétitions avec une chorégraphe afin d’y arriver. Il y avait pour nous cette partie du rôle, puis, aussi, le travail que doit faire un couple pour reconstruire des liens. » « Nous avons été chanceux de pouvoir rencontrer les ‟vrais” Ramón et Céline, a ajouté Nahuel Pérez Biscayart. Cela nous a donné un accès direct à ce qu’ils ont vécu. »