Un été comme ça, un long métrage que Denis Côté a tourné l’été dernier dans les Laurentides, a été retenu dans la compétition officielle du festival de Berlin. Pour le cinéaste québécois, il s’agit d’une quatrième sélection en compétition officielle à la Berlinale.

Mis à jour le 19 janvier
Marc-André Lussier
Marc-André Lussier La Presse

Mettant en vedette Larissa Corriveau, Laure Giappiconi et Aude Mathieu, le 14long métrage de Denis Côté relate le parcours émotif de trois jeunes femmes qui, pendant 26 jours, explorent leurs malaises sexuels dans une maison de repos. Sous la supervision tranquille d’une thérapeute allemande (Anne Ratte Polle) et d’un travailleur social bienveillant (Samir Guesmi), les trois protagonistes tentent ainsi d’apprivoiser leurs démons intimes. Le cinéaste, révélé au festival de Locarno en 2005 grâce à son premier long métrage, Les états nordiques, fait cette fois de la sexualité le thème central de son nouvel opus.

Pour la septième fois en 10 ans, soit depuis la présentation de Bestiaire en 2012, Denis Côté aura l’honneur de lancer un film à la Berlinale. En 2013, Vic+Flo ont vu un ours a obtenu l’Ours d’argent du film le plus novateur. Boris sans Béatrice a été en lice pour l’Ours d’or en 2016, de même que Répertoire des villes disparues trois ans plus tard. Hygiène sociale a obtenu l’an dernier le prix de la mise en scène du programme Encounters, section parallèle réservée à des œuvres aux propositions formelles et narratives plus audacieuses.

Le cinéaste américain M. Night Shyamalan (The Sixth Sense, Servant) présidera le jury du premier des trois plus grands festivals européens de cinéma tenus dans l’année. Parmi les 18 longs métrages sélectionnés dans la compétition officielle, section phare de cette 72e Berlinale, signalons Avec amour et acharnement, nouvelle offrande de Claire Denis (dont les têtes d’affiche sont Juliette Binoche et Vincent Lindon), de même que Call Jane, un film américain signé Phyllis Nagy, avec Sigourney Weaver et Elizabeth Banks. Les plus récents longs métrages d’Ulrich Seidl (Rimini), Rithy Panh (Everything Will Be Ok), Ursula Meier (La ligne), Paolo Taviani (Leonora addio), Mikhaël Hers (Les passagers de la nuit), Andreas Dresen (Rabiye Kurnaz vs. George W. Bush) et Hong Sangsoo (The Novelist’s Film) seront aussi de la course.

Philippe Falardeau et Le temps des framboises

Rappelons par ailleurs la sélection, déjà annoncée, de la série québécoise Le temps des framboises, qui clôturera le volet Berlinale Series le 16 février. Réalisée par Philippe Falardeau, qui avait eu l’honneur d’ouvrir la Berlinale il y a deux ans avec My Salinger Year (tout juste avant que le monde ne se mette sur pause à cause de la pandémie), cette série est écrite par Florence Longpré (M’entends-tu ?) et Suzie Bouchard (L’œil du cyclone). Mettant en vedette Sandrine Bisson, Edison Ruiz, Micheline Lanctôt, Elijah Patrice et Paul Doucet, Le temps des framboises sera lancé dans la capitale allemande en primeur mondiale, deux mois avant sa diffusion sur la plateforme Club illico.

La 72Berlinale s’ouvrira le 10 février avec Peter von Kant, film de François Ozon mettant en vedette Denis Ménochet, Isabelle Adjani et Hanna Schygulla, aussi inscrit en compétition officielle. Un hommage sera en outre rendu à Isabelle Huppert.