En 1996, une rencontre des plus mémorables s’est produite au grand écran : celle entre les Looney Tunes et Michael Jordan (MJ). Malgré sa qualité discutable, Space Jam a remporté un vaste succès et a marqué une génération. À la veille de la sortie de Space Jam : A New Legacy, avec LeBron James en relève à MJ, retournons 25 ans en arrière.

Pascal LeBlanc
Pascal LeBlanc La Presse

Bugs et Michael, de vieux amis

Bugs Bunny et Michael Jordan se connaissent depuis un moment. Ils ont travaillé ensemble au début des années 1990 sur deux campagnes publicitaires pour les souliers Air Jordan VII et VIII, Hare Jordan puis Aerospace Jordan, respectivement. Le succès de celles-ci confirme aux studios Warner Bros. que les Looney Tunes sont toujours populaires et prêts pour l’animation 3D. L’idée d’un film est lancée à la suite d’une rencontre aérienne — on respecte la thématique ici — entre le cinéaste Ivan Reitman (Ghostbusters) et un directeur chez Nike. La retraite inattendue de Jordan en 1993 met un frein au projet… jusqu’à son retour dans la NBA, en 1995, qui relance la production à un rythme effréné.

De nombreuses innovations

Joe Pytka, réalisateur des publicités, est désigné pour mener le film. Il a également tourné des clips de Michael Jackson, Free as a Bird des Beatles, et le long métrage Let It Ride, en 1989. Au départ, on confie l’animation au studio maison de Warner. La tâche est cependant colossale, et les producteurs font rapidement appel à d’autres boîtes. Au total, 18 studios contribuent au film. Pour intégrer la vedette des Bulls de Chicago au monde des Tunes, une grande partie du tournage a lieu dans un vaste studio virtuel entièrement peint en vert, l’un des premiers dans le genre. Il s’agit aussi de l’une des premières productions d’animation numérique. Et que dire du site web promotionnel ? Ils étaient non seulement très rares à l’époque, mais celui-ci est resté actif et inchangé pendant 25 ans. Une véritable relique de l’internet.

Visitez le site web de Space Jam

La bande-son d’une époque

La trame sonore de Space Jam pourrait faire office de liste de lecture si on cherche une ambiance rap et R&B du milieu des années 1990. Les succès s’enchaînent, en commençant par I Believe I Can Fly, de R. Kelly, qui lui a permis de remporter deux trophées Grammy. La reprise de Seal de Fly Like an Eagle s’intègre parfaitement aussi. Certains des plus grands noms du rap de l’époque sont réunis sur Hit’ Em High (The Monstars’ Anthem), alors que B-Real (de Cypress Hill), Coolio, Method Man (du Wu-Tang Clan), LL Cool J et Busta Rhymes se succèdent. Sans oublier la chanson titre des Quad City DJ’s, qui est un véritable ver d’oreille. Parmi les autres artistes, on trouve D’Angelo, Monica, Salt-N-Pepa, Barry White, Chris Rock et Jay-Z.

NBA et Bill Murray

PHOTO FOURNIE PAR WARNER BROS.

Billy Murray se joint à la Tune Squad lors du match contre les Monstars.

En plus de Michael Jordan, d’autres joueurs de la NBA sont au générique de Space Jam, au grand plaisir des amateurs de basket. Ainsi, les « méchants » Monstars volent les habiletés de Charles Barkley, Patrick Ewing, Larry Johnson, Shawn Bradley et Muggsy Bogues, plus petit joueur de l’histoire de la ligue à 5 pi 3 po. Le légendaire Larry Bird fait aussi une apparition dans la scène de la partie de golf avec Bill Murray. La présence de ce dernier devait se limiter à ce moment, mais lorsque le réalisateur Joe Pytka lui a expliqué comment serait tournée la séquence du match final, Murray a demandé d’en faire partie. Une surprise heureuse pour Pytka, qui a admis en entrevue avec Entertainment Weekly qu’il n’a pas été simple de recruter des acteurs pour jouer avec « un personnage animé et un athlète ».

Des baskets de collection

PHOTO FOURNIE PAR NIKE

Le modèle Air Jordan XI édition Space Jam créé par Tinker Hatfiled

Ce dernier aspect marquant de Space Jam n’a pas la même signification pour tous, mais pour certains, il s’agit du plus important : les souliers Nike. Peu de temps après son retour au jeu en 1995, Michael Jordan a porté le plus récent modèle du designer Tinker Hatfield, l’Air Jordan XI. Il se distinguait par une bande noire en cuir verni et est rapidement devenu extrêmement populaire. Pour Space Jam, une version noir et mauve a été créée. Encore aujourd’hui, cette paire est l’une des préférées des collectionneurs. Dans le film, on voit aussi le modèle IX, lancé alors que Jordan jouait au baseball à la suite de son départ de la NBA, et le modèle II, porté par Bill Murray.

Space Jam : A New Legacy sera en salle et en vidéo sur demande le 16 juillet.