En juillet 1989, Chantal Daigle se voyait refuser l’accès à un avortement alors qu’elle était en route vers l’hôpital, son ex-partenaire Jean-Guy Tremblay exigeant qu’elle garde l’enfant.

Stéphanie Morin
Stéphanie Morin La Presse

S’ensuivit une saga judiciaire qui a passionné le Québec cet été-là. Trente-deux ans plus tard, l’affaire Chantal Daigle fera prochainement l’objet d’un film.

Soutenu en développement par la SODEC, le film Chantal est écrit par Sarah Lévesque et François Péloquin et sera réalisé par ce dernier. Il sera produit par Mustang Productions.

Autre projet dans les cartons de Mustang : un documentaire sur l’iconoclaste artiste Marcel Sabourin intitulé Au boute du rien pantoute et réalisé par le fils du principal intéressé, le directeur photo Jérôme Sabourin.