(Toronto) Le grand patron de Cineplex demande aux gouvernements fédéral et provinciaux d’élaborer un meilleur plan pour soutenir les exploitants de salles de cinéma en difficulté au Canada.

David Friend La Presse Canadienne

Alors que la plupart des salles du pays sont toujours fermées en raison des restrictions liées à la pandémie de COVID-19, le chef de la direction de Cineplex, Ellis Jacob, a estimé qu’il était temps que les responsables de la santé des provinces acceptent de « se montrer cohérents et d’aller de l’avant » avec la réouverture des salles dans les semaines à venir.

Dans une entrevue accordée après l’assemblée annuelle des actionnaires de Cineplex, M. Jacob a noté que les règles de sécurité contre la COVID-19 avaient énormément varié d’une province à l’autre. À ce chapitre, a-t-il poursuivi, le Québec est bien en avance, alors que la plupart de ses salles sont en activité et que leur capacité autorisée est déjà supérieure à ce que les autres provinces devraient éventuellement permettre.

M. Jacob exhorte également le gouvernement fédéral à montrer aux exploitants de salles de cinéma le type de soutien qu’il accorde à d’autres secteurs des arts et de la culture.

Dans son budget d’avril, le gouvernement fédéral a affecté 300 millions sur deux ans à un fonds de relance destiné au redémarrage du secteur du divertissement. Aucune somme n’a été prévue pour les chaînes de cinémas ou les cinémas indépendants.

M. Jacobs a rappelé que les dirigeants fédéraux s’étaient rapidement prononcés pour la préservation de Cineplex des investissements étrangers, il y a moins de deux ans, lorsque le géant britannique Cineworld envisageait d’acquérir l’entreprise.

« La ministre des Finances dit que le secteur culturel est l’un des plus durement touchés par la pandémie, mais quand il s’agit de secours, nous ne faisons pas partie du groupe », a-t-il ajouté.

« C’est très décevant. »