Les Filministes se déroulent cette année sous le signe de la gratuité. Pandémie, précarité et inclusion obligent, tous les films, panels de discussion et autres activités au programme de cette quatrième édition du festival de cinéma féministe seront accessibles à tous, sur la base de contributions volontaires. Six activités à ne pas manquer, en vrac et en compagnie de deux coorganisatrices de l’évènement, Anne-Julie Beaudin et Soline Asselin.

Silvia Galipeau Silvia Galipeau
La Presse

Les Filminounes

IMAGE FOURNIE PAR LES FILMINISTES

Scène du film All of Me, de Morgana Muses et Josie Hess

À la suite du retentissant succès de l’évènement au nom on ne peut plus suggestif l’an dernier, les Filministes reviennent avec leurs soirées Filminounes « 18 ans et + », proposant des œuvres pornographiques, érotiques et poétiques. Objectif ? « Réfléchir à cet objet qu’est la porno féministe, à savoir : peut-on la classer comme cinématographique à part entière ? », résume Soline Asselin. Elle suggère au passage deux films à voir : All of Me, de Morgana Muses et Josie Hess, court métrage explorant le parcours d’une travailleuse du sexe atteinte de paralysie cérébrale, ainsi que Labia of Love, court métrage en hommage au plaisir féminin, de Morgana Muses, toujours.

Quand ? Le 5 mars à 21 h ou le 12 mars à 21 h.

> Réservez votre billet (obligatoire)

Discussion avec Amandine Gay

PHOTO FOURNIE PAR LES FILMINISTES

Amandine Gay, réalisatrice

Une discussion en compagnie de la militante et réalisatrice afroféministe Amandine Gay (Ouvrir la voix, 2017) animée par Nantali Indongo, journaliste culturelle à la CBC. Au menu : adoption internationale, afroféminisme, intersectionnalité et cinéma, des thèmes au cœur du prochain film de la réalisatrice (Une histoire à soi), attendu plus tard cette année.

Quand ? Le 6 mars à 11 h. Gratuit (sur inscription). Rediffusion sur Facebook.

> Inscrivez-vous sur la page de l’évènement

Lesbianisme et vieillissement

IMAGE FOURNIE PAR LES FILMINISTES

Scène du film La nave del olvido (Les sentiers de l’oubli), de Nicol Ruiz Benavides

Parmi les cinq longs métrages proposés, La nave del olvido (Les sentiers de l’oubli), de la réalisatrice chilienne Nicol Ruiz Benavides, propose un récit intimiste unique sur le parcours d’une femme issue du monde rural, laquelle se découvre un amour lesbien pour une voisine. Le film met le doigt sur l’un des angles morts du cinéma féministe : la question du lesbianisme et du vieillissement.

Où ? Sur Tënk, du 4 au 12 mars.

> Regardez le film

Pour participer à une discussion sur la question, en compagnie de Marianne Chbat et de Denise Veilleux, rendez-vous sur la page Facebook de l’évènement, le 9 mars à 17 h 30.

> Participez à la discussion sur la page des Filministes

Filminis

IMAGE FOURNIE PAR LES FILMINISTES

Scène du court métrage La chamade, d’Emma Séméria

Les jeunes ne seront pas en reste cette année, avec quelques courts métrages au programme prévus ici pour les 13 ans et plus. Deux suggestions : La chamade, film français signé Emma Séméria, sur la question du stress du premier baiser, et Le vidéoclip, film québécois de Camille Poirier, sur la question de la pression sociale entourant l’hypersexualisation.

Où ? Sur Tënk, du 4 au 12 mars.

Informations et liens de visionnement :

> Regardez les films

Courts métrages sur l’amour

IMAGE FOURNIE PAR LES FILMINISTES

Scène du film Mathilde et la Love Room, de Chantal Limoges

Parmi les 50 courts métrages proposés (divisés en six blocs thématiques), Mathilde et la Love Room, de Chantal Limoges, dresse le portrait d’une initiative inusitée, en Belgique. Le documentaire nous transporte dans la cour arrière d’une infirmière (Mathilde), où se dresse une chambre unique (la Love Room), destinée aux sans-abri. Objectif ? Leur offrir un lieu d’intimité, difficilement possible ailleurs (ni en refuge ni bien sûr dans la rue).

Où ? Sur Tënk, du 4 au 12 mars.

Informations et liens de visionnement :

> Regardez les courts métrages

Bingo !

PHOTO CANNELLE WIECHERT, FOURNIE PAR LES FILMINISTES

Un festival est d’abord et avant tout un lieu de rencontres, d’échanges et de festivités. Pour recréer un tant soit peu l’ambiance attendue, et un semblant de sentiment de rassemblement, l’équipe des Filministes a eu l’originale idée de lancer l’évènement avec un bingo cinématographique (et du même coup une collecte de fonds). Ici : au lieu de chiffres et de lettres, des titres de films, et bien sûr plusieurs prix à gagner.

Quand ? Le 4 mars à 19 h 30. Combien ? 20 $ la carte de bingo. Nombre de cartes limité.

> Obtenez un billet (obligatoire)

> Consultez la programmation complète du festival