L’acteur canadien oscarisé Christopher Plummer est décédé à l’âge de 91 ans, a confirmé son épouse Elaine Plummer.

La Presse Canadienne et l’Agence France-Presse

L’acteur a connu du succès tant sur scène qu’à la télévision et au cinéma, notamment grâce à son rôle du capitaine von Trapp dans The Sound of Music (La mélodie du bonheur).

Sa femme a précisé que l’acteur était mort « paisiblement » chez lui, dans le Connecticut, après avoir subi une chute il y a deux semaines.

« Chris était un homme extraordinaire qui aimait et respectait profondément son métier », a déclaré Lou Pitt, son agent de longue date, louant son « formidable style à l’ancienne » et ses facultés d’autodérision.

« C’était un trésor national qui tenait beaucoup à ses racines canadiennes », a ajouté Lou Pitt dans une déclaration transmise à l’AFP.

« Le monde a perdu un acteur accompli aujourd’hui et j’ai perdu un ami cher », a réagi dans un communiqué Julie Andrews, sa partenaire dans The Sound of Music (La mélodie du bonheur). « Je chéris les souvenirs de notre travail et tout l’humour et la drôlerie que nous avons partagés durant ces années », a poursuivi l’actrice.

Le premier ministre Justin Trudeau a rendu hommage à « un véritable gentleman et un professionnel accompli ».

« Aujourd’hui, le Canada et le monde ont perdu l’un de nos acteurs les plus emblématiques et les plus aimés », a réagi le premier ministre dans un communiqué. « M. Plummer était un acteur intemporel qui a diverti des millions de gens aux quatre coins du monde et a inspiré de nombreuses personnes à faire carrière dans les arts ».

Christopher Plummer avait traversé une période créative particulièrement fertile au cours de ses années d’or, recevant son premier Oscar à 82 ans pour son interprétation, dans un rôle de soutien, d’un veuf qui embrasse son homosexualité dans Beginners (Les débutants). Le trophée a fait de lui le plus vieux lauréat d’un Oscar dans une catégorie d’interprétation.

« Tu n’as que deux ans de plus que moi chéri, où étais-tu toute ma vie ? », avait déclaré Plummer en acceptant la statuette sous des applaudissements enthousiastes, en 2012.

L’Oscar est arrivé deux ans seulement après qu’il eut reçu sa première nomination aux Oscars pour son rôle de l’écrivain russe Léon Tolstoï dans The Last Station.

Il a également obtenu une nomination dans la catégorie du meilleur acteur de soutien en 2018 pour All the Money in the World (Tout l’argent du monde), un mois à peine après avoir remplacé Kevin Spacey dans la peau du milliardaire J. Paul Getty dans le drame biographique de Ridley Scott. Kevin Spacey avait été brusquement congédié du film à la suite d’allégations d’agression sexuelle à son endroit.

Plus il gagnait en âge, plus les scénarios s’amélioraient et plus il en apprenait sur son métier, avait déclaré l’acteur, qui ne voulait pas entendre le mot « retraite ».

« Si vous aimez votre travail, ce qui est le cas pour moi […], vous ne penserez pas à arrêter, », avait-il confié à La Presse Canadienne en décembre 2010.

Christopher Orme Plummer est né à Toronto en 1929 dans une famille bien connue.

Son arrière-grand-père du côté de sa mère était le premier ministre John Abbott. Ses parents ont divorcé quand il était bébé et Christopher Plummer a été élevé par la famille de sa mère à Montréal.

L’éducation de Plummer à Montréal a été riche en culture. Il s’est familiarisé avec le théâtre et le ballet, et l’un de ses camarades de classe était Oscar Peterson, qui est devenu une légende du jazz. Il a également développé un amour de la littérature classique à travers des séances de lecture avec sa famille, dans son enfance.

Il a joué avec le Montreal Repertory Theatre et a fait ses débuts professionnels en 1948 avec la Stage Society d’Ottawa, qui deviendra plus tard le Canadian Repertory Theatre. Il a aussi travaillé à CBC, tant à la radio qu’à la télévision.

Au début de la vingtaine, il faisait déjà une tournée aux États-Unis dans des pièces de théâtre. Ses débuts à Broadway ont eu lieu dans The Starcross Story, en 1954. Ce fut rapidement suivi de ses débuts au cinéma dans Stage Struck de Sidney Lumet.

C’est en 1965, avec la sortie de The Sound of Music, que Plummer deviendra à jamais connu des cinéphiles, grâce au rôle du veuf autrichien dont le cœur givré fond grâce à une jeune religieuse devenue gouvernante, embauchée pour s’occuper de ses enfants.

Il a continué à jouer abondamment et à tenir des rôles variés tout au long des années 1970, y compris dans The Return of the Pink Panther (Le retour de la panthère rose) et The Man Who Would Be King (L’homme qui voulut être roi), et a joué Sherlock Holmes dans Murder by Decree (Meurtre par décret).

Un de ses rôles les plus connus dans les années 1980 est venu à la télévision quand il a joué l’archevêque Vittorio Contini-Verchese dans la minisérie épique The Thorn Birds (Les oiseaux se cachent pour mourir).

Christopher Plummer a travaillé régulièrement dans les années 1990, dans des films comme Star Trek VI : The Undiscovered Country (Star Trek VI-la conquête du nouveau monde) et Dolores Claiborne.

En 1999, il a reçu des éloges pour avoir interprété le journaliste Mike Wallace dans The Insider (L’initié) de Michael Mann aux côtés d’Al Pacino et Russell Crowe.

En 2002, il est apparu dans le film Ararat du réalisateur torontois Atom Egoyan. En 2007, il a tourné Emotional Arithmetic (L’automne de mes souvenirs), basé sur un roman de l’auteur canadien Matt Cohen et tourné au Québec. Le film avait clôturé le Festival international du film de Toronto cette année-là. Et en 2019, il a tourné la série Departure (Dernière escale) à Toronto.

Ses autres rôles mémorables incluent celui de l’industriel Henrik Vanger dans The Girl With the Dragon Tattoo (Millénium — Les hommes qui n’aimaient pas les femmes) en 2011 et le patriarche dans Knives Out (À couteaux tirés), en 2019, aux côtés de Daniel Craig et Chris Evans.

Ce dernier lui a rendu hommage sur Twitter, évoquant les moments du tournage durant lesquels ils jouaient tous deux du piano entre les prises. « Quelle perte incroyable. Peu de carrières ont eu une telle longévité et un tel impact », a écrit « Captain America ».

Le réalisateur de Knives Out (À couteaux tirés) a de son côté salué « une légende qui adorait son art et était un gentleman absolu ». « Je suis tellement chanceux d’avoir partagé un plateau avec lui », a écrit Rian Johnson,.

Pour George Takei, « La mélodie du bonheur sonne tristement aujourd’hui ». Il avait croisé ce « géant de la scène et du petit écran » sur Star Trek VI, où Plummer incarnait un général borgne klingon, espèce extraterrestre belliqueuse emblématique de cet univers de science-fiction.