Les 38es Rendez-vous Québec Cinéma (RVQC) s’amorceront le 26 février avec quelques nouveautés dans la programmation de 302 films. Parmi celles-ci, on constate un resserrement des règles de la compétition. Une façon de rappeler que les RVQC ne sont pas qu’une rétrospective, mais un vrai festival.

André Duchesne André Duchesne
La Presse

Deux volets compétitifs limités à 12 films, des bourses plus généreuses, un prix attribué au meilleur scénario et une section de projections anniversaires font partie des nouveautés proposées pour les 38es Rendez-vous Québec Cinéma, dont la programmation a été dévoilée mardi matin au cabaret du Lion d’or.

À cela, il faut ajouter le retour de Prends ça court !, le très populaire gala du court métrage québécois. 

Les plus grands changements concernent les prix Gilles-Carle et Pierre-et-Yolande-Perrault, le premier remis au meilleur premier ou second long métrage de fiction, et le deuxième au meilleur premier ou second long métrage documentaire.

D’abord, la bourse remise au gagnant de chacune des deux catégories passe de 5000 $ à 10 000 $. Mais cela vient avec un resserrement de la compétition. Celle-ci n’est plus ouverte à tous les films concernés, mais bien à 12 œuvres dans chaque catégorie.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRECHETTE-LA PRESSE

Jeanne Leblanc

Je vois ça d’un œil positif. Des premiers et deuxièmes films, on les fait seulement une fois au cours de notre carrière. Mais cela dit, tous les films ont la même visibilité dans cette belle programmation.

Jeanne Leblanc, réalisatrice du film Les nôtres qui ouvrira le festival

« Si cela encourage les gens à vouloir faire plus de films, je trouve ça génial », souligne le comédien Jean-Carl Boucher, qui a réalisé un premier long métrage de fiction intitulé Flashwood.

Les scénaristes sont par ailleurs au cœur d’une autre grande nouveauté, la création du prix Jacques-Marcotte du meilleur scénario pour un long métrage de fiction. Ce prix de 5000 $ est commandité par la Société des auteurs de radio, cinéma et télévision (SARTEC). Tous les longs métrages de fiction des RVQC sont admissibles.

Mort en 2015, Jacques Marcotte a signé le scénario de plusieurs films marquants du cinéma québécois, notamment ceux d’André Forcier : Bar Salon, L’eau chaude, L’eau frette, Une histoire inventée

« Votre évènement, votre maison »

En prenant la parole mardi matin pour lancer la conférence de presse, la directrice générale de Québec Cinéma, Ségolène Roederer, a tendu la main à tous les artisans en leur disant que les RVQC, « c’est [leur] évènement, c’est [leur] maison ».

Notre cinéma est toujours en effervescence. Il possède une créativité hors du commun et il possède une vision d’avenir dans un grand esprit d’ouverture.

Ségolène Roederer, directrice générale de Québec Cinéma

Sur les 302 œuvres retenues (parmi 536 propositions), on compte 83 premières.

Comme on l’a mentionné plus haut, c’est le film Les nôtres, mettant en vedette Émilie Bierre, qui ouvrira le festival. La réalisatrice Jeanne Leblanc ne cache pas un mélange d’émotions en montagnes russes à quelques jours du lancement. 

« Je me suis souvenue de la première fois où j’étais invitée aux RVQC. C’était il y a 17 ou 18 ans avec mon premier film étudiant, explique-t-elle. Je me disais alors que ça devait être terrorisant pour la personne ayant réalisé le film d’ouverture de lancer la saison hivernale du cinéma québécois. Et aujourd’hui, c’est moi qui ai l’honneur de le faire devant mes pairs. Je trouve que c’est la plus belle et la plus magnifique des foules. Mais, oui, en même temps, c’est absolument terrorisant. »

On a par ailleurs annoncé que le film de clôture sera le documentaire Jukebox : un rêve américain fait au Québec du tandem Guylaine Maroist et Éric Ruel. Le sujet : un portrait du producteur Denis Pantis qui a mis au monde plusieurs artistes de la génération yéyé des années 60.

Porte-parole de ces 38es Rendez-vous, la comédienne, scénariste et cinéaste Monia Chokri n’a eu que de bons mots. 

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Monia Chokri

Notre cinéma est fort et intéresse le monde entier.

Monia Chokri, porte-parole des 38es Rendez-vous Québec Cinéma

« Quand je vais en Allemagne, on me parle de Denis Côté. Quand je vais en France, on me dit Xavier Dolan, Nancy Grant, Sylvain Bellemare, Anne Émond, continue-t-elle. Aux États-Unis, je me souviens qu’on m’a parlé de Maxime Giroux. C’est parce que notre cinéma est riche et singulier. »

Les 38es RVQC auront lieu du 26 février au 7 mars à la Cinémathèque québécoise, au cinéma Quartier latin, au Centre Pierre-Péladeau, à BAnQ Vieux-Montréal et au cinéma Impérial.

> Consultez le site des Rendez-vous Québec Cinéma : https://rendez-vous.quebeccinema.ca/