Notre algorithme Nelson prédit que Once Upon a Time in... Hollywood de Quentin Tarantino remportera l’Oscar du meilleur film dimanche. Un an après avoir perdu un premier duel contre notre critique Marc-André Lussier, l’heure du match revanche a enfin sonné pour lui.

André Duchesne André Duchesne
La Presse

L’an dernier, notre algorithme maison avait fait trois bonnes prédictions sur six, soit une de moins que notre critique de cinéma. Nelson a donc revu sa façon de faire des prédictions cette année. Ses savants calculs lui permettent d’annoncer que Once Upon a Time in... Hollywood, de Quentin Tarantino, sera couronné meilleur long métrage au terme de la 92e soirée des Oscars, coiffant ainsi par une très petite marge 1917 de Sam Mendes.

Outre celle du meilleur scénario original, la catégorie du meilleur film est la seule où la lutte se fait à deux finalistes. Dans les quatre catégories d’interprétation (voir nos résultats plus bas), les victoires seront écrasantes, prédit Nelson.

Nelson et sa méthode d’analyse

Pourquoi Nelson ? Comme nous l’avons expliqué l’an dernier, le nom de notre algorithme renvoie à Harmon Oscar Nelson, mari de la comédienne Bette Davis, première femme à présider l’Académie en 1941. La croyance (non validée par l’Académie) veut que le plus précieux des trophées du cinéma soit baptisé de son second prénom.

Quant à la méthode d’analyse, elle s’appuie cette fois sur 20 ans (1999-2019) de données relatives à la soirée des Oscars, mais aussi de plusieurs autres galas, à savoir les BAFTA (Oscars britanniques), les Golden Globes, les National Board of Review Awards, les Critics’ Choice Movie Awards, les choix de la National Society of Film Critics, ainsi que les prix des guildes des acteurs, scénaristes et réalisateurs.

PHOTO GETTY IMAGES

Harmon Oscar Nelson et Bette Davis

Le poids (variable) des galas

Instrument clé de l’analyse, l’arbre de décision créé par nos analystes des données permet de déterminer l’impact que chacun des galas a sur un film ou un artisan finaliste à la soirée des Oscars. Ils ont ainsi déterminé que les Critics’ Choice Movie Awards ont un effet qui dépasse celui de tous les autres.

« Lorsqu’un film remporte un trophée à la cérémonie des Critics’ Choice Movie Awards, sa probabilité de gagner un trophée équivalent aux Oscars est multipliée par 7,66, toutes choses étant égales par ailleurs. Les résultats de cette cérémonie sont ceux ayant la plus grande corrélation avec les résultats des Oscars », indiquent nos analystes.

Nos lecteurs remarqueront d’ailleurs que le plus récent long métrage de Quentin Tarantino a obtenu le prix du meilleur film au 25gala Critics’ Choice, 12 janvier dernier.

Les favoris et les bons deuxièmes

Voici, selon l’analyse de Nelson, les gagnants attendus à la soirée des Oscars de dimanche avec leur probabilité de l’emporter. Chacun des gagnants dans huit catégories de pointe est accompagné du meilleur deuxième. À noter que Nelson et notre collègue Marc-André Lussier sont d’accord pour sept des huit catégories. Leur seul désaccord porte sur la catégorie du… meilleur film !

Meilleur film

1. Once Upon a Time… in Hollywood (39,4 %)
2. 1917 (38,8 %)

Meilleure réalisation

1. Sam Mendes pour 1917 (82 %)
2. Bong Joon-ho pour Parasite (11 %)

Meilleur scénario original

1. Parasite (49 %)
2. Once Upon a Time… in Hollywood (41 %)

Meilleur scénario adapté

1. Jojo Rabbit (63 %)
2. Little Women (21 %)

Meilleur acteur

1. Joaquin Phoenix pour Joker (90 %)
2. Antonio Banderas pour Douleur et gloire (3 %)

Meilleure actrice

1. Renée Zellweger pour Judy (92 %)
2. Charlize Theron pour Bombshell (2 %)

Meilleur acteur de soutien

1. Brad Pitt pour Once Upon a Time… (87 %)
2. Anthony Hopkins pour The Two Popes (3 %)

Meilleure actrice de soutien

1. Laura Dern pour Marriage Story (86 %)
2. Scarlett Johansson pour Jojo Rabbit (4 %)

Réalisateurs : l’âge médian stable

Selon d’autres données extraites de nos analyses, l’âge médian des finalistes dans la catégorie de la meilleure réalisation est stable (autour de 50 ans). À noter que la médiane est moins sensible aux valeurs extrêmes (aux très jeunes et aux très âgés) que la moyenne.

Les acteurs plus âgés que les actrices

Le constat fait l’an dernier demeure le même cette année : les hommes nommés dans les catégories d’interprétation sont un peu plus âgés que les femmes. On remarque aussi une légère tendance au vieillissement dans toutes les catégories depuis 20 ans.

Les audiences en baisse

Il a souvent été question, au cours des dernières années, des audiences en baisse à la diffusion des Oscars. Notre étude le prouve hors de tout doute : même si le nombre de téléspectateurs a augmenté l’an dernier par rapport à 2018, il s’agit néanmoins des deux pires cotes d’écoute des 20 dernières années. Depuis 2004, la part de marché de la soirée des Oscars peine à dépasser les 25 %, ajoutent nos analystes.

L’équipe du service Intégration, analyse et science des données qui est derrière ces recherches :

Hervé Mensah, directeur analytique
Pierre Meslin, analyste de données
Yahya Laraki, scientifique de données

Place à vos prédictions !

Vous êtes d’accord (ou pas) avec les prédictions de notre critique Marc-André Lussier et de notre algorithme Nelson ? La Presse vous donne l’occasion de confronter vos prédictions à celles de nos deux experts. Remplissez notre sondage en ligne et vous recevrez lundi, sur demande, une communication personnelle vous permettant de comparer vos résultats à ceux de l’Académie et des autres répondants.

> Répondez au sondage