(New York) Un jour après avoir fondu en larmes en contre-interrogatoire, une accusatrice au cœur du procès de Harvey Weinstein est revenue mardi à la barre des témoins et a déclaré aux jurés : « Je veux que le jury sache qu’il est mon violeur. »

Tom Hays et Michael R. Sisak
Associated Press

La femme devait être à la barre pendant une grande partie de la journée, les avocats de Weinstein poursuivant un examen minutieux de ses courriels et autres communications. Ils soutiennent que l’ancienne actrice de 34 ans est une manipulatrice qui a eu des relations sexuelles avec le magnat de Hollywood parce qu’elle tirait profit des liens qu’elle entretenait avec lui.

Son retour à la barre a suivi un épisode émotif lundi, lorsqu’elle a sangloté en lisant un passage d’un courriel au sujet d’agressions subies plus tôt dans sa vie. Cela faisait partie d’un long courriel qu’elle avait envoyé en mai 2014 à un petit ami au sujet de sa relation avec Harvey Weinstein. Le juge a interrompu la procédure lorsqu’elle n’a pas plus été en mesure de continuer.

L’Associated Press ne publie généralement pas les noms des personnes alléguant une agression sexuelle à moins qu’elles ne donnent leur consentement. L’AP ne dévoile pas le nom de la femme, car elle n’a pas dit clairement si elle souhaitait être identifiée dans les médias.

Reprenant le contre-interrogatoire mardi, l’avocate de Weinstein, Donna Rotunno, est revenue sur le courriel de la femme à son petit ami, ainsi que sur les courriels amicaux qu’elle a envoyés à Weinstein après avoir allégué que le producteur de films l’avait violée deux fois en 2013.

Dans l’un de ces messages, la femme propose à Weinstein qu’ils se retrouvent pour prendre un verre à Los Angeles. Mme Rotunno a également questionné la femme sur l’acceptation d’une invitation de Weinstein à une soirée des Oscars en 2015 et sur sa décision de le rencontrer au Peninsula Hotel à Beverly Hills, en Californie, en 2016 — l’un des hôtels où elle dit qu’il l’avait précédemment violée.

Après cette rencontre, la femme a envoyé un courriel à Weinstein en disant : « Je me sens tellement fabuleuse et belle. Merci pour tout. »

Elle a déclaré que Weinstein « était vraiment gentil » avec elle à l’époque, mais a dit qu’elle ne se souvenait pas s’ils avaient eu des relations sexuelles à cette occasion. Harvey Weinstein, aujourd’hui âgé de 67 ans, était marié à l’époque à la créatrice de mode Georgina Chapman.

À un certain moment, Mme Rotunno a demandé à la femme pourquoi elle accepterait les faveurs de son « violeur ». C’est alors que la femme s’est tournée vers les jurés et a dit : « Je veux que le jury sache qu’il est mon violeur. »

Des dizaines de femmes ont allégué avoir été victimes d’agression sexuelle ou de harcèlement du producteur. Le procès à New York porte sur des allégations impliquant deux épisodes avec deux femmes : la femme témoignant ces derniers jours et une ancienne assistante de production de films et d’émissions de télévision, Mimi Haleyi, qui soutient qu’il a pratiqué le sexe oral sur elle contre son gré en 2006.

Les avocats de Weinstein accordent beaucoup d’attention à la femme disant avoir été violée parce que ses allégations sont à la base de certaines des accusations les plus graves retenues contre leur client. Mais le contre-interrogatoire en profondeur, ajouté à sa réaction émotionnelle de lundi, pourrait entraîner un sentiment d’empathie des jurés à l’égard de l’accusatrice.