(New York) Une deuxième femme a raconté avoir été violée, en 2005, par Harvey Weinstein, au sixième jour du procès du producteur de cinéma, et après le témoignage, jeudi, de l’actrice Annabella Sciorra.

Agence France-Presse

Serveuse à l’époque, Tarale Wulff a expliqué l’avoir rencontré dans le bar-restaurant new-yorkais où elle travaillait.

Dès la première rencontre, le co-fondateur de la société de production Miramax l’aurait empoignée par le bras, avant de l’emmener dans une pièce sombre puis de se masturber devant elle. Elle dit s’être enfuie.

Selon elle, la Weinstein Company, nouvelle maison de production d’Harvey Weinstein, l’a contactée pour un casting quelques semaines plus tard.

Elle a raconté avoir finalement été emmenée en voiture au domicile du puissant décideur hollywoodien, puis avoir été attirée dans une chambre par Harvey Weinstein, qui l’aurait poussée sur un lit. Elle a selon elle dit : « je ne peux pas ».

« Il m’a dit : ne t’inquiète pas, je ne peux pas avoir d’enfants », a-t-elle assuré.

Ni ce viol présumé, ni celui d’Annabella Sciorra, ne sont poursuivis lors du procès new-yorkais.

Dans ce cadre, Harvey Weinstein est accusé d’avoir agressé sexuellement Mimi Haleyi, qui a témoigné lundi, et d’avoir violé, en 2013, Jessica Mann, qui sera appelée plus tard dans le procès.

Lors du contre-interrogatoire de Tarale Wulff, l’avocate de la défense Donna Rotunno a souligné que la témoin avait changé la date de sa rencontre avec l’accusé, de 2004 à 2005, très tard dans la procédure et quelques mois seulement avant le procès.

Elle a aussi souligné que l’aspirante actrice s’était rendue de son plein gré chez Harvey Weinstein et avait quitté l’appartement pour retourner, toujours sans contrainte, en sa compagnie dans les bureaux de la Weinstein Company après le viol présumé.