Le court métrage de fiction Brotherhood de la Montréalaise Meryam Joobeur est nommé finaliste aux Oscars.

André Duchesne André Duchesne
La Presse

L’annonce a été faite ce matin vers 8 h 25 en direct d’Hollywood. L’Académie des Oscars annonçait alors les finalistes de toutes les catégories en vue de la 92édition de son gala qui aura lieu le 9 février prochain.

Dès l’annonce, les artisans du film, une coproduction entre le Canada et la Tunisie, ont été submergés de joie.

« Nous vivons une grande émotion », a lancé la productrice montréalaise Maria Gracia Turgeon au téléphone.

« C’est la toute première fois qu'un film tunisien décroche une nomination aux Oscars, a lancé pour sa part la réalisatrice Meryam Joobeur. Nous avons tourné le film dans une petite communauté au nord de la Tunisie et en équipe réduite. Je suis heureuse de voir que le message de celui-ci résonne de cette façon. »

Brotherhood raconte l’histoire de Mohamed, un paysan tunisien perturbé par le retour de Malek, son fils aîné, qui a côtoyé des membres de l’État islamique durant un séjour en Syrie.

L’an dernier, la productrice Maria Gracia Turgeon était aussi finaliste à la soirée des Oscars avec le court métrage de fiction Fauve de Jérémy Comte.

Par ailleurs, les deux courts métrages d’animation de l’ONF, Physique de la tristesse de Theodore Ushev et Oncle Thomas de Regina Pessoa n’ont pas été retenus.

À l’ONF, où La Presse se trouvait pour écouter en direct la cérémonie des nominations avec quelque 25 employés, la déception était évidemment palpable. Mais le commissaire général Claude Joli-Coeur a néanmoins salué tout le travail accompli derrière ces deux œuvres.

« Nous sommes tellement fiers de ces deux films, a-t-il dit. Ce sont des œuvres d’exception. Elles se démarquent et gagnent des prix depuis leur sortie en festival. On est déçu, mais cela n’enlève rien au niveau de créativité derrière ces deux films. »

« Il faut aussi rappeler que la liste courte des dix films qui étaient en court ce matin (on en retient cinq finalistes : NDLR) a été faite à partir de plus de 90 films », a indiqué Julie Roy, productrice au studio d’animation en français.