(Téhéran) Le film Les enfants du soleil, dans lequel le réalisateur iranien Majid Majidi dénonce le travail des enfants, a été choisi pour représenter l’Iran aux prochains Oscars du cinéma.

Agence France-Presse

La Fondation Al-Farabi pour le cinéma, chargée de choisir le film que la République islamique enverra au grand rendez-vous d’Hollywood en 2021, a annoncé dimanche avoir arrêté son choix sur cette œuvre jetant une lumière crue sur la misère des enfants condamnés à travailler.

Cette fondation sélectionne quasiment tous les ans depuis 1994 un film iranien pour participer à la prestigieuse compétition américaine.

Remarqué en septembre à la Mostra de Venise, Les enfants du soleil suit plusieurs enfants dans les rues et le métro de Téhéran, où ils vivent d’expédients pour aider leurs familles tout en cultivant chacun un rêve secret.

PHOTO ALBERTO PIZZOLI, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Le réalisateur Majid Majidi avait reçu à la dernière Mostra de Venise le prix spécial du jury Marcello Mastroianni pour son film Les enfants du soleil.

Dans une entrevue accordée en septembre à l’AFP, M. Majidi avait indiqué avoir choisi de prendre ses acteurs parmi des enfants des rues pour « montrer leurs capacités et leur humanité », à l’issue d’une sélection ayant duré « quatre mois » et au cours de laquelle 4000 enfants avaient passé des auditions.

M. Majidi est un habitué des festivals internationaux. Son film Les enfants du ciel avait été le premier film iranien sélectionné par l’association organisant la remise des plus prestigieux prix américains du cinéma pour concourir dans la catégorie du meilleur film étranger, en 1999.

Mais c’est son compatriote, Asghar Farhadi qui est à ce jour le seul Iranien à avoir remporté cette récompense, une première fois en 2012 pour Une séparation, puis en 2017 avec Le client.

Pour ce dernier film, M. Farhadi avait boycotté la cérémonie d’Hollywood pour protester contre le décret migratoire controversé du président américain Donald Trump.