Le silence, documentaire de la cinéaste Renée Blanchar consacré aux abus sexuels commis par des membres de l’église catholique au Nouveau-Brunswick, ouvrira le 12 novembre la 34e édition du Festival international du cinéma francophone en Acadie (FICFA), a-t-on annoncé ce matin.

André Duchesne André Duchesne
La Presse

Qualifié de documentaire « émouvant et nécessaire » par les organisateurs du festival, ce film pose plusieurs questions liées au silence des victimes qui ont souffert durant des décennies. Faut-il le garder ou le briser ? Quand s’avère-t-il destructeur ? Ou au contraire salvateur ? À quel moment devient-il assourdissant ? Quand parle-t-il le plus fort ?

À propos du choix de son film en ouverture, la cinéaste, originaire de Caraquet, a déclaré par communiqué : « Cette vitrine de choix est importante à l’égard du sujet et de tous les protagonistes du film. En choisissant Le silence, la direction du FICFA fait preuve de courage et de vision ; le cinéma est un art de divertissement, certes, mais il a également la capacité de raconter des histoires inédites qui ébranlent et qui, parfois, nous révèlent à nous-mêmes. »

PHOTO FOURNIE PAR L’ONF

Renée Blanchar

L’œuvre a été coproduite par l’ONF et sortira au cours de l’hiver au Québec.

Par ailleurs, c’est le long métrage Nadia, Butterfly de Pascal Plante qui a été retenu comme film de clôture.

L’ensemble de la programmation sera dévoilé le 27 octobre et le cinéma québécois tient toujours une place de choix dans ce festival.

Cette 34e édition du FICFA se tiendra entièrement en ligne du 12 au 20 novembre.

> Consultez le site du FICFA