Pour cette rentrée pas comme les autres, nos journalistes ont porté leur attention sur 10 titres prometteurs.

Marc-André Lussier Marc-André Lussier
La Presse

André Duchesne André Duchesne
La Presse

Nadia, Butterfly - Pascal Plante

Thierry Frémaux, le délégué général du Festival de Cannes, ne connaissait pas du tout le cinéma de Pascal Plante (Les faux tatouages), mais Nadia, Butterfly l’a séduit au point où il a retenu le long métrage dans sa sélection officielle cette année. Même symbolique, cet honneur n’en reste pas moins exceptionnel. Mettant en vedette deux nageuses olympiques, Katerine Savard et Ariane Mainville, le film relate l’histoire d’une nageuse de haut niveau devant composer avec des deuils tout juste la veille d’une toute dernière compétition aux Jeux olympiques. « Au cinéma, il y a Cannes et tous les autres festivals dans l’imaginaire des gens, a déclaré Pascal Plante le jour de l’annonce cannoise. Humblement, de savoir mon film inscrit dans cette sélection est un grand honneur. Ces lauriers constituent pour le film une rampe de lancement extraordinaire. C’est un sceau de prestige. »

Sortie : 18 septembre

La déesse des mouches à feu - Anaïs Barbeau-Lavalette

Huit ans après Inch’Allah, Anaïs Barbeau-Lavalette (Le ring) est revenue au cinéma de fiction en portant à l’écran, de façon aussi frontale que sensible, le scénario que Catherine Léger a tiré du roman de Geneviève Pettersen. Le portrait qu’elle dresse de Catherine (Kelly Depeault), cette adolescente de 16 ans qui, au cours des années 1990, vit ses premières expériences de sexe et de dope pendant que ses parents s’entredéchirent, est d’une formidable justesse. La cinéaste capte bien l’énergie et le bouillonnement intérieur qui anime la jeune fille, sans jamais poser de question morale sur les expériences qu’elle choisit de faire. Lancé en primeur mondiale au festival de Berlin, tout juste avant que la planète se mette sur pause, La déesse des mouches à feu marque aussi un tournant dans la démarche d’une cinéaste reconnue pour son implication sociale.

Sortie : 25 septembre

Aznavour, le regard de Charles - Marc di Domenico

En 1948, Édith Piaf offre à Charles Aznavour le cadeau d’une vie : une caméra. L’auteur-compositeur-interprète commence alors à filmer tout ce qui l’entoure. Il tourne, s’achète d’autres appareils, et tourne encore aux quatre coins du monde. Quelques mois avant sa mort, avec l’aide du réalisateur Marc di Domenico, il replonge dans les rushes qu’il n’a jamais vus pour faire le film de sa vie. Avec un résultat très prometteur si on se réfère à la bande-annonce du film. En raison de la longue histoire d’amour qu’Aznavour a eue avec le Québec, où il a séjourné durant 18 mois à la fin des années 1940, ce film attirera sans doute de nombreux curieux chez nous.

Sortie : 2 octobre

Wonder Woman 84 - Patty Jenkins

Le retour du cinéma en salle signifie aussi celui des superhéros. Au grand plaisir des adeptes de films d’action. Ainsi, Wonder Woman 84 ouvrira la voie à plusieurs œuvres à grand déploiement à voir cet automne. Après leur opus de 2017, la cinéaste Patty Jenkins et la comédienne Gal Gadot reprennent du service dans ce film campé en pleine guerre froide où Wonder Woman (Gadot) doit affronter Cheetah (Kristen Wiig).

Sortie : 2 octobre

Souterrain - Sophie Dupuis

PHOTO CHRISTIAN LEDUC FOURNIE PAR AXIA FILMS

Une scène du long métrage Souterrain de Sophie Dupuis

Sorti en 2018, le premier long métrage de Sophie Dupuis, Chien de garde, a représenté le Canada dans la course à l’Oscar du meilleur film international. Son deuxième opus, Souterrain, sortira en salle une semaine après avoir ouvert la 49édition du Festival du nouveau cinéma (FNC). La réalisatrice est retournée à Val-d’Or, sa région d’origine, pour tourner cette histoire de Maxime (Joakim Robillard), jeune mineur qui, portant en lui une vieille culpabilité, participe au sauvetage de collègues coincés à la suite d’une explosion. Théodore Pellerin, James Hyndman et Catherine Trudeau sont aussi au générique.

Sortie : 9 octobre

The Trial of the Chicago 7 - Aaron Sorkin

PHOTO FOURNIE PAR NETFLIX

Une scène du nouveau film d’Aaron Sorkin

À deux semaines et demie de l’élection présidentielle de 2020, Aaron Sorkin (The Social Network, Steve Jobs) revient sur un des évènements politiques les plus percutants de l’histoire américaine du XXsiècle. À la fin d’août 1968, la convention nationale démocrate chargée de désigner son candidat (Hubert Humphrey) a lieu à Chicago. Elle tourne rapidement à la foire en raison des protestations de manifestants contre la guerre du Viêt-nam et les politiques de bombardements intensifs du président sortant Lyndon B. Johnson. Sept d’entre eux sont arrêtés et font l’objet d’un procès commun. La distribution est solide avec Sacha Baron Cohen, Eddie Redmayne, Joseph Gordon-Levitt, Alex Sharp et Jeremy Strong.

Sortie : 16 octobre sur Netflix

Été 85 - François Ozon

Après Grâce à Dieu, François Ozon a eu envie de plus de légèreté. Été 85, qui fait partie de la sélection officielle du Festival de Cannes, est une libre adaptation de La danse du coucou, un roman d’Aidan Chambers ayant eu un fort impact sur le cinéaste à l’adolescence. L’histoire est celle de deux adolescents, amoureux le temps d’un été. « Le fait que ce soient deux garçons n’est jamais vraiment le sujet, indique François Ozon. C’est pour ça qu’en tant qu’adolescent je rêvais de voir ce film, car les représentations de l’homosexualité dans le cinéma des années 1980 étaient très sombres, douloureuses, même avant l’arrivée du sida. En faisant le film, j’ai tenu à assumer les codes d’un teen movie. J’ai filmé une romance entre garçons de façon très classique et sans ironie, pour rendre cette histoire d’amour universelle. » Félix Lefebvre et Benjamin Voisin sont les vedettes de ce film auquel participent Valeria Bruni Tedeschi et Melvil Poupaud.

Sortie : 13 novembre

No Time to Die - Cary Joji Fukunaga

Après bien des mésaventures et des reports, les amateurs du plus célèbre agent de Sa Majesté auront enfin l’occasion de voir le 25film officiel de la série James Bond. No Time to Die (Mourir peut attendre en français) marquera aussi la dernière fois où Daniel Craig enfilera le costard de 007, un personnage qu’il aura incarné pendant 14 ans. Très contesté au moment de sa nomination, l’acteur a su faire taire ses détracteurs et s’est révélé être l’un des plus grands interprètes du personnage. Pour son chant du cygne, Craig est entouré d’une distribution de haut vol, dont font notamment partie Rami Malek, Léa Seydoux, Christoph Waltz, Lashana Lynch, Jeffrey Wright, Ben Whishaw et Ralph Fiennes.

Sortie : 20 novembre

Maria Chapdelaine - Sébastien Pilote

PHOTO FOURNIE PAR MK2 | MILE END

Une scène d’hiver du nouveau film de Sébastien Pilote, Maria Chapdelaine

Un roman (1913) de Louis Hémon, trois longs métrages (en 1934, 1950 et 1983), une série télé et un documentaire. Maria Chapdelaine, héroïne de la colonisation du Québec, a eu sa part d’hommages des créateurs. Pourquoi le cinéaste Sébastien Pilote revisite-t-il son histoire ? « J’avais l’impression que certaines choses n’avaient pas été dites. Les plus belles histoires sont celles qu’on se raconte encore et encore pour dire des choses différentes », a-t-il confié au collègue Guillaume Roy du Quotidien. Fidèle à son habitude, le réalisateur de La disparition des lucioles tourne dans sa région, le Saguenay–Lac-Saint-Jean. À la distribution, Sara Montpetit (Maria) sera entourée de trois soupirants incarnés par Antoine Olivier Pilon, Robert Naylor et Émile Schneider.

Sortie : 11 décembre

Dune - Denis Villeneuve

PHOTO FOURNIE PAR WARNER BROS. PICTURES

Timothée Chalamet et Rebecca Ferguson dans Dune, un film de Denis Villeneuve

La bande-annonce de Dune, très attendue des admirateurs, sera enfin lancée mercredi. Nous aurons alors l’occasion de découvrir l’univers visuel de cette nouvelle adaptation du célèbre roman de Frank Herbert, concoctée par Denis Villeneuve. La postproduction du film a évidemment été touchée par la pandémie, mais le cinéaste québécois a mis les bouchées doubles afin de pouvoir offrir à la date prévue le film dont il rêve depuis l’adolescence. Pour ce faire, il a tout récemment tourné quelques scènes en Hongrie avec une partie de son imposante distribution. « Cette histoire est un récit d’apprentissage, mais aussi un appel à l’action pour la jeunesse », a déclaré Denis Villeneuve dans une interview avec Vanity Fair. Rappelons que Timothée Chalamet incarne Paul Atreides, le jeune homme autour duquel toute l’histoire est construite.

Sortie : 18 décembre