Le long métrage Les Rose de Félix Rose vient de recevoir le prix du meilleur documentaire en clôture de la 12e édition du festival Les Percéides présenté en Gaspésie.

André Duchesne André Duchesne
La Presse

Le film qui sortira en salle dès vendredi raconte l’histoire de la famille des militants felquistes Paul et Jacques Rose avant, pendant et après la crise d’octobre. Reconnaissant la gravité des gestes posés qui ont mené à la mort de Pierre Laporte et la condamnation de son père Paul et son oncle Jacques, Félix Rose a dans ce film voulu comprendre l’histoire de sa famille et ce qui a nourri la colère de ses proches.

C’est l’excellent drame Brumes d’Islande de Hlynur Palmason qui a remporté le grand prix du jury. Ce jury justement était présidé par la cinéaste Renée Beaulieu, assistée de Maxime Giroux, Alexis Fortier-Gauthier. Le jury des courts métrages était formé de Pierre-Luc Brillant, Naomi Condo et Christophe Chapados.

Outre les deux films ci-haut cités, le palmarès dévoilé ce soir attribue à Je finirai en prison d’Alexandre Dostie le prix du meilleur court métrage québécois. C’est par ailleurs À la rescousse de l’ours de Louis Bodart qui décroche le prix du meilleur court métrage de la région Gaspésie-Les-Îles.

Enfin, Da Yie de Anthony Nti est couronné meilleur court métrage international alors que les comédiens Prince Agortey et Matilda Enchié reçoivent un prix d’interprétation. Red Wine de Santiago Menghini complète le palmarès avec le grand prix du jury des courts ainsi que le prix de la meilleure photographie.

En raison de la pandémie actuelle, le festival s’est tenu au ciné-parc Paradiso de Petit-Pabos à une vingtaine de minutes de Percé. Cela n’a pas découragé les cinéphiles venus en grand nombre. On parle en fait de record d’affluence pour cette édition.