(Bombay) Fini, les scènes de combat ou de mariage : Bollywood peut reprendre à partir de jeudi ses tournages de films, interrompus par l’épidémie de coronavirus, mais avec des règles sanitaires qui devraient restreindre le faste légendaire de l’usine à rêves de l’Inde.

Agence France-Presse

Un accord entre trois grandes organisations du cinéma indien, qu’elles ont annoncé jeudi, met immédiatement fin au gel des tournages de films qui étaient en place depuis l’imposition d’un confinement national fin mars en Inde, décrété pour lutter contre la propagation de la COVID-19.

Dans le cadre du déconfinement, le gouvernement avait déjà autorisé courant juin la reprise des tournages. Acteurs, producteurs et techniciens étaient cependant toujours en négociations sur les risques sanitaires posés par ce retour au travail.

Les représentants du secteur ont indiqué avoir « résolu à l’amiable les problèmes restants », dont les cotisations à des assurances vie et médicales pour toutes les équipes, et ainsi « ouvert la voie à la reprise immédiate des tournages ».

Mais les règles sanitaires drastiques vont poser un défi artistique majeur aux réalisateurs. Ainsi, ils ne sont pas autorisés à tourner des scènes de mariage ou de combat, deux incontournables des longs métrages bollywoodiens.

Également, les acteurs de plus de 65 ans sont interdits des plateaux. Ce critère devrait contraindre certaines des plus grandes vedettes indiennes, comme la superstar Amitabh Bachchan (77 ans), à rester à la maison.

Les normes de distanciation physique empêchent aussi les scènes de baisers ou d’étreintes, marquant un retour aux pratiques plus conservatrices des années 1980 lorsque des images de fleurs symbolisaient chastement les scènes d’amour.

Les producteurs devront avoir un médecin, une infirmière et une ambulance présents sur le plateau, un critère difficile à satisfaire alors que Bombay fait déjà face à une pénurie de soignants et d’ambulances.

Les directives formulées par la Guilde des producteurs d’Inde, qui s’étalent sur 16 pages, demandent aux acteurs de faire leur maquillage et leur coiffure à la maison. Les directeurs de la distribution sont aussi appelés à enrôler de véritables proches des acteurs pour les scènes familiales, afin de limiter les interactions entre étrangers.