(Los Angeles) Les exploitants de salles de cinéma américaines sont montés au créneau mardi pour défendre leur secteur d’activité après des informations selon lesquelles le film d’animation Trolls World Tour a récolté près de 100 millions de dollars sur les plateformes de vidéo à la demande.

Agence France-Presse

En raison du confinement provoqué par le coronavirus, le dessin animé a été diffusé par les studios Universal directement sur les plateformes de diffusion en continu comme Apple TV, pour la somme forfaitaire de 19,99 dollars.

Quelques jours seulement après sa sortie, le week-end de Pâques, Universal avait fait savoir que Trolls World Tour avait battu les records en vidéo à la demande, sans donner de chiffres.

Le Wall Street Journal a révélé mardi que le film pour enfants avait récolté la somme colossale de 95 millions de dollars après avoir été loué par près de cinq millions de clients en Amérique du Nord ces trois dernières semaines.  

D’après le journal, qui cite « une source proche du dossier », « cette performance a convaincu les dirigeants d’Universal que les sorties en version numérique peuvent être une stratégie gagnante » et que la diffusion en continu est viable économiquement.  

Cela pourrait inciter Universal à minorer le rôle des salles de cinéma dans les circuits de distribution même une fois la crise sanitaire passée.

Les exploitants de salles n’ont pas tardé à réagir à ces informations, affirmant dans un communiqué que la performance exceptionnelle de Trolls World Tour était la conséquence du confinement, qui empêche des centaines de millions de spectateurs d’aller au cinéma.

« Universal n’est pas fondé à utiliser ces circonstances inhabituelles pour court-circuiter les vraies sorties en salles », insiste John Fithian, responsable de l’association américaine des exploitants de salles.  

Outre Trolls World Tour, de nombreux films sont sortis sur l’internet directement ou plus rapidement en raison de la fermeture des salles dans de nombreux pays.

Ce sera le cas pour Scooby ! de Warner Bros le mois prochain, de même que le film Artemis Fowl qui ira directement sur la plateforme Disney+. Les studios Paramount diffuseront quant à eux le film The Lovebirds directement sur Netflix sans passer d’abord dans les salles.