Le long métrage Present.Perfect., de Shengze Zhu, a remporté hier soir le Grand Prix de la compétition internationale des Rencontres internationales du documentaire de Montréal (RIDM) au cours d’une soirée de clôture où le film canadien Nîpawistamâsowin : nous nous lèverons, de Tasha Hubbard, s’est distingué avec trois trophées. 

André Duchesne André Duchesne
La Presse

Le film de Mme Hubbard suit les démarches entreprises par la famille de Colten Boushie, jeune Cri mort d’une balle dans la tête le 9 août 2016. Au terme d’un procès, l’accusé a été acquitté, décision qui a suscité l’indignation de nombreuses personnes. Le film a été couronné du prix Magnus-Isacsson, remis à un cinéaste canadien émergent, du prix des étudiants et du prix des détenues.

Coproduction États-Unis–Hong Kong, Present.Perfect. s’intéresse à l’existence de citoyens vivant tout au bas de l’échelle sociale dans la Chine contemporaine.

Les autres lauréats

Les films Heimat Is a Space in Time, de Thomas Heise (prix spécial du jury), et 143, rue du désert, de Hassen Ferhani (mention spéciale), sont les autres lauréats de la compétition internationale des longs métrages.

C’est Une femme, ma mère, de Claude Demers, qui repart avec le Grand Prix de la compétition nationale des longs métrages, alors que Wilcox, de Denis Côté, obtient le Prix spécial du jury.

Le très populaire Prix du public a été remis à Kenbe la : jusqu’à la victoire, de Will Prosper, pour son portrait d’Alain Philoctète, Montréalais d’origine haïtienne qui tente de venir en aide aux habitants de son pays d’origine tout en combattant un cancer. 

Deux autres prix ont complété la soirée, soit celui du meilleur court ou moyen métrage international, décerné à Faire-part (de quatre réalisateurs), et celui du meilleur court ou moyen métrage national, remis à Port d’attache, de Laurence Lévesque.